Tu ne tueras point
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
7
Québec


Mon cinéma
6
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
Tu ne tueras point

Tu ne tueras point

 

Réalisé par
en 2016

Donnez votre note
Film, images, jaquettes News Récompenses (45) Avis & critiques

  • <<
  • 1
  • >>

23/10/2016      tweet
Avis Cinéma
rhapsody

[Guru Expert]

Suivi par 691 membres
152 amis 721 avis 

     


a vu en avant-première le 23/10/2016 Avis :

Voici le nouveau film réalisé par Mel GIBSON. Il raconte l'histoire vraie d'un objecteur de conscience qui s'est engagé dans l'armée lors de la seconde guerre mondiale.

Andrew Garfield, que l'on a vu dans The Amazing Spider-Man(2014) est ici dans un registre complètement différent, jouant ce garçon un peu simplet.

On regrettera la fin un peu trop appuyée, et les images un peu gore qui priveront les plus jeunes du film.

On retiendra l'interprétation marquante d'Hugo WEAVING en père alcoolique. Un futur nommé pour l'oscar du meilleur second rôle ?

Les scènes de bataille contre les japonais sont d'une grande violence, et gore, mais probablement réalistes. Difficile à tourner, c'est là qu'on voit le talent de Mel Gibson à la réalisation.

En résumé, scènes de guerre très impressionnantes, des acteurs d'une grande justesse, Tu ne tueras point mériterait quelques oscars.
 
14/11/2016      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 139 membres
15 amis 1756 avis 



a vu le film au cinéma le 13/11/2016 Avis :

C’est le retour de Mel GIBSON derrière la caméra pour un biopic consacré à Desmond Doss héros de la guerre du pacifique qui a sauvé la vie de dizaines de soldats blessés et qui a reçu la médaille d’honneur, plus haute distinction militaire au Etats unis.
Desmond T.Doss à un frère Harold et tout jeune ils s’amusaient à se lancer des défis, un jour les deux frangins se disputaient jusqu’à ce que la bagarre devienne sérieuse, pris dans une colère subite, Desmond prend une brique et frappe brutalement son frère, fort heureusement après un moment d’incertitude, le frangin s’en tire avec quelques contusions et Desmond qui a réalisé son geste absurde et violent se fige devant une icône biblique où il est écrit « tu ne tueras point ». Les deux frères ont grandi sous l’ombre d’un père alcoolique qui a vécu la première guerre mondiale sans avoir fait le deuil de ses amis disparus lors du conflit et aussi d’une mère battue. La deuxième guerre mondiale fait rage en Europe, mais les Etats Unis sont aussi en guerre contre le Japon, beaucoup d’américains s’engagent pour partir à la guerre et c’est le cas d’Harold qui malgré la colère du père part pour la guerre du pacifique. Entre temps Desmond a trouvé une fiancée, infirmière dans un hôpital et après une cour acharnée, il décide de se marier, Desmond a toutefois pris sa décision, il veut servir son pays, mais en temps qu’infirmier pour sauver des vies et donc il va faire ses classes pour rejoindre un bataillon militaire, sauf que dans l’entraînement militaire, il est essentiel d’utiliser des armes et Desmond est objecteur de conscience, il ne veut pas utiliser ni fusils ni d’autres accessoires servant à tuer, il veut tout simplement aider des blessés et sauver des vies. Mais dans un régiment ce type de comportement singulier est rarement toléré...
En fait le personnage existe et on a même la chance de l’apercevoir au générique de fin, il faut dire que ce héros, car s’en est un incontestablement est très modeste et il s’est toujours opposé à voir sa vie adaptée au grand écran. Que nous apprend ce film : que notre héros n’a pas eu une enfance vraiment heureuse, que son passage dans l’armée pendant ses classes a été houleux et il s’est heurté à l’incompréhension de la grande muette qui n’hésite pas aussi à stigmatiser les autres pour en arriver à ses fins, que le bonhomme était très déterminé et enfin qu’il a risqué sa vie et sa santé pour sauver des dizaines de vies tout seul alors que son bataillon avait décroché. Le scénario est excellent et nous conduit à des périodes différentes pour bien tracer la vie du personnage et la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda est saisissante de réalisme et de crédibilité, jamais film n’aura traduit cette bataille qui a vu de nombreux soldats mort ou mutilé sur le champs de bataille avec autant de pragmatisme, un peu pour bien montrer du doigt la réalité d’un engagement au corps à corps. Si la vraisemblance des scènes nous pousse à tourner la tête, le courage du héros nous émeut surtout qu’il va sauver la vie à ceux qui était ses tortionnaires d’hier. Un film qui méritait certainement une plus grande salle de projection que celle où il était projeté et qui était comble, c’est un film qui mérite bien un détour.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
15/11/2016      tweet
Avis Cinéma
Josey Wales

[GuruCiné]

Suivi par 529 membres
6 amis 352 avis 



a vu le film au cinéma le 14/11/2016 Avis :

Quand le très doué et délicieusement politiquement incorrect Mel GIBSON réalise un film, on peut se dire qu’il tapera en général dans le haut du dessus du gratin du panier de la fleur de l’élite. Et encore une fois, on aura raison.
Il nous sert ici un biopic partiel de la vie de Desmond Ross, Adventiste qui, par interprétation littérale du Cinquième Commandement « Tu ne Tueras point », a eu du mal à trouver sa place dans la communauté des Hommes au moment où c’était surtout de la violence dont elle avait besoin. Le Grand Mel nous fait suivre le destin de cet homme de sa ville natale, de sa vie civile, son amour, ses fiançailles jusqu’à son enrôlement puis sa participation à la bataille d’Okinawa. Affecté à un poste d’infirmier, il y fera preuve d’un grand courage, d’un grand esprit de dévouement et de sacrifice et sauvera bien des vies qui ne pouvaient a priori l’être. Ces actes de charité et d’héroïsme lui vaudront la Médaille du Congrès, la plus haute distinction à laquelle pouvait rêver un personnel militaire, combattant ou pas.

Evidemment, il ne faut pas s’attendre à ce que Mel GIBSON traite un tel sujet de manière « neutre ». Etant lui-même Chrétien (pas parfait mais il fait ce qu’il peut), il est évident qu’il faut s’attendre à un film didactique en la matière. Et pourquoi pas.

Ce film est d’abord un très bon film de guerre. On sait les Américains très inégaux en la matière, mais Mel GIBSON (qui semble s’être laissé pousser une barbouze de moine Athonite), tout Australien qu’il est, incarne quelque part la « bonne » Amérique, celle de toujours, celle de l’esprit Pionnier qui est capable de rendre hommage à tous ceux qui dans ce pays, ont vécu avant et contribué par leur travail, leur sacrifice, leur combat, leur vie en général, à le construire et à laisser un héritage de vertus et de beauté.
Techniquement, il est irréprochable, en dehors de deux-trois anachronismes. Les acteurs sont superbes, Andrew Garfield, il va sans dire, mais aussi Teresa Palmer qui insuffle ce qu’il faut de beauté, de douceur et d’espérance dans ce monde qui en a bien besoin, les autres sont à l’avenant (Notamment Milo Gibson, un de ses rejetons, Vince Vaughn, qui joue en général des rôles plus contemporains, Sam Worthington, qui a commencé sa carrière en jouant dans The Great Raid, justement…). Reconstitutions de l’époque superbes, scènes de combat dignes du grand Eastwood, parfois insoutenables, une grande intensité dramatique tant dans le déroulement de l’histoire que dans le jeu des acteurs, ce sans en faire non plus des tonnes. Une mise en scène au millimètre, une image superbe, une splendide musique de Rupert Gregson Williams qui s’est surpassé…En bref, on a ici un grand film de guerre, avec tous les avantages de ce genre de film. Mais pas seulement.

C’est ensuite et surtout un film philosophique voire théologique, une réflexion sur l’interprétation du « Tu ne tueras point », interprétation que certains voulurent littérale mais que notre civilisation – dans sa sagesse – a toujours nuancée. L’Eglise fondatrice de cette civilisation a toujours considéré la violence comme un élément de la déchéance de la nature humaine, du « vieil homme » et a encouragé au maximum la limitation de son usage. Cependant, elle a aussi compris qu’elle ne la supprimerait pas de ce monde ci et que plutôt que de chercher à l’annihiler, il valait mieux la réorienter, la domestiquer, la canaliser dans une perspective de Miséricorde, de Justice, de sacrifice, de dévouement, de mise au service de la vie de son prochain, en particulier du plus faible et vulnérable. Ce qui a donné le concept de Chevalerie dans l’Europe Chrétienne. Que ce concept n’ait jamais été parfaitement appliqué est vrai mais ce n’est pas la question. Il a au moins le mérite d’exister, ce qui n’est déjà pas si mal et – quoi qu’on en dise – a eu des effets aussi nombreux que positifs.
Et – en dehors de ces considérations - les Pères de l’Eglise ont toujours su comprendre qu’un verset de la Bible se s’interprétait pas en dehors du contexte général d’idéaux et d’enseignements créé par l’ensemble des textes Bibliques, textes qui n’ont pas tous la même vocation ni la même portée dans la condition humaine (certains sont historiques, d’autres poétiques, d’autres sapientiaux, d’autres plus législatifs et pédagogiques…).
Le sens du « Tu ne tueras point » est non seulement « Tu ne tueras point d’innocents », mais aussi « Tu ne tueras point de ta propre autorité », « tu ne t’attribueras pas ce pouvoir de vie et de mort en ton nom propre. ». Ce que le Christ rappelle par « Qui a vécu par l’épée (et non par Dieu), mourra par l’épée ». Le Cinquième Commandement est donc à replacer dans un contexte général de considération du caractère sacré de la vie humaine mais aussi du fait que tous les actes n’ont pas la même valeur, ne valorisent pas la dignité et l’image divine de l’Homme de la même manière, n’auront pas les même conséquences pour ceux qui les exercent comme pour ceux qui les subissent, conséquences qui ayant en partie pour but la réparation et l’expiation, pourront se traduire par la mort. Le « Tu ne tueras point » est à replacer dans un contexte plus large de vertus, de Charité, de Bienveillance mais aussi de Justice et de Sainteté, car si Dieu est Amour, Il est aussi Sainteté, déteste l’Iniquité et nous recommande, dans un esprit de dévouement et de justice, de prendre soin de ceux que nous aimons, de ceux dont il nous confie la garde, la responsabilité, des plus faibles et vulnérables pour les protéger, veiller sur eux. Cela commence par nos épouses, continue par nos familles, passe par nos nations pour finir par nos frères en civilisation. Le Cinquième Commandement n’annule pas les conséquences des actes, ni le fait que l’innocence n’est pas équivalente à la culpabilité, la vie innocente n’est pas rétribuée de la même manière que la vie coupable et doit être protégée et préservée dans des idéaux de vertu qu’il faut promouvoir et faire progresser. Ainsi les voies du martyr et celle du combat coexistent dans le Christianisme comme prise de la Croix, comme voie de dévouement, de sacrifice, de charité, d’Amour pour Dieu et son prochain et comme le fait de mettre sa foi en Dieu et la vie de son prochain au-dessus de sa propre vie. En ce sens, le Christianisme est une religion de paix, mais pas une religion « pacifiste ». Loin d’être une « fuite » ou un « refus de la Croix », le combat est au contraire aussi Chrétien, sacrificiel et confession de foi que le martyre.

Dans ce film, Mel GIBSON met donc en parallèle le destin de cet homme qui refuse de tuer mais qui se dévoue quand même pour sauver ses camarades de combat et lesdits camarades qui, eux, n’hésitent pas à faire usage de leurs armes, ce alors que figurent parmi eux aussi énormément de Chrétiens croyants et pratiquants. Deux interprétations différentes du même commandement (et – heureusement pour nous - ce n’est pas la première qui a prévalu) et deux modes de vie entièrement consacrés au sacrifice et au dévouement. Deux modes de vie que le Grand Mel cherche en un sens à réconcilier, à montrer en quoi ils ne sont pas si antagonistes mais complémentaires. Lors de la bataille de Koulikovo qui sauva la Russie en 1380, Saint Serge de Radonège priait, mais il avait béni saint Dimitri Donskoi qui lui, se battait. Les moines Rodion et Alexandre se sont aussi battus les armes à la main lors de cette bataille. Des moines ont pris les armes en 1821 en Grèce et l’amiral Uschakov, grand soldat, a vécu et est mort en grand croyant aussi. On peut multiplier les exemples historiques à l’envi. Mel GIBSON nous montre que l’humanité a en fait besoin des deux. Ceux qui prient, ceux qui agissent, ceux qui combattent, ceux qui préservent la vie et que nos idéaux de vertu et enseignements ont toujours valorisé les deux attitudes comme les deux facettes d’un même idéal de dévouement et de charité.

Mel GIBSON nous montre cela par cette histoire vraie, comment cet homme fut d’abord incompris (ce qui se comprend, justement, dans le contexte…), rejeté, parfois très violement, pour en fin de compte donner toute la mesure de son courage et servir les siens, sauver leurs vies et gagner leur reconnaissance et admiration. Avec un aspect prosélyte qui est ici présent avec intelligence, discernement, sans être importun.

En cela, son film est à la fois un grand moment artistique, esthétique, un des meilleurs films de guerre Américains, mais aussi une certaine leçon de vie et de mort, un véritable message de combat, que ce combat soit intérieur ou extérieur, qu’il se fasse avec une arme ou avec une sacoche de médicaments et de pansements. Son côté religieux agacera certainement ceux qui en général ne veulent absolument pas entendre parler de religion – auquel cas, lesdits devraient s’épargner de voir ce film, tant pis pour eux. Ceux qui, croyants ou pas, ne sont pas dérangés par cet aspect ne perdront certainement pas leur temps à aller voir ce film.



vu au Les Cinéastes
 
24/11/2016      tweet

sabgaga

[Cinéfan]

Suivi par 65 membres
103 avis 



a vu le film au cinéma le 21/11/2016 Avis :

Ce biopic est sans doute un des plus beau film que j'ai vu cette année !
Découvrez, le soldat Ross, le 1er objecteur de conscience à s’être engagé durant la seconde guerre mondiale en tant qu’infirmier, en refusant de porter une arme. Durant plus de 2h, partagez cet enfer, où seulement armé de sa foi, ce soldat va devenir l’un des plus grands héros de cette guerre.
Techniquement, c'est une œuvre virtuose où l’esthétique de chaque scène époustoufle autant qu’elle sidère.
Avec un minimum de numérique, ce film est une orgie visuelle : ses scènes de guerre rivalisent avec celles d’Il faut sauver le soldat Ryan (référence dans le genre). Ça explose de partout, ça saigne et ça pleure pour de vrai (surtout moi !).
Nos émotions sont usées jusqu’à la moelle, nos sens explosés...on en ressort épuisé !
Andrew Garfield est parfait dans la peau de ce personnage, ce n’était pas gagné, car perso je n'aimais pas trop cet acteur. Le reste du casting est tout aussi bon et épatant.
Vous l'aurez compris, ce film est à voir ABSOLUMENT sur grand écran, "ne loupez point" le retour fracassant de Mel GIBSON !
 
22/01/2017      tweet
Avis Cinéma
Dav@jaquettes

[Cinévore]

Suivi par 114 membres
23 amis 23 avis 

 


a vu le film le 22/01/2017 Avis :

le film est baser d'une histoire vrai l'histoire du Caporal Desmond Thomas Doss un jeune secouriste durant la Seconde Guerre mondiale il est devenue l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda au japon. je ne suis pas trop film de guerre mais je doigt dire que se film ma plus j’ai mème ressentie une petite touche émotion.
 
25/01/2017      tweet
Avis Cinéma
bebel007

[Cinéfan]

Suivi par 408 membres
4 amis 487 avis 

 


a vu le film au cinéma le 25/01/2017 Avis :

Sortir de ce film ont reste bougé ouverte ..... et oui , le Gibson nous mec sur le cul , fait un fameux pied de pied à Spielberg avec son " soldat ryan " .
Ce film , est un royal chef d 'oeuvre du cinéma Américain , j'aime quand le cinéma Américain nous sort des films comme ceux ci
D'une qualité invraisemblable que ce soit sur le point de vue de l'interprétation magistrale de cette homme refusant de porte l'arme et ce qu'il à fait ...... . Les scènes de batailles sont tout simplement " magique , merveilleuse " d 'une qualité 5 étoiles techniquement , que ce soit effets sonores , montage , effets spéciaux , artificiers , cascadeurs , image , décor . Si ce film ne reçois pas d'Oscars je ne comprend plus rien face aux pédales à claquettes de l 'autre côté ! . Ce film est à voir d urgence car nous sommes très haut point de vue qualités , émotions , scénario . Ma note sera de ***** 5 immense et grosses étoiles chef d oeuvre
 
09/03/2017      tweet

PKED

[AmateurDeCiné]

Suivi par 43 membres
23 avis 



a vu en blu-ray le 09/03/2017 Avis :

voila un film dramatique quest la guerre quon peut regarder plus dune fois. avec un grand realisateur mr Mel GIBSON. un film bien fait realiste. un peu cru mais c sa la guerre.
 
31/03/2017      tweet
Avis Cinéma
Ampélio

[AmateurDeCiné]

Suivi par 47 membres
232 avis 



a vu en blu-ray le 13/03/2017 Avis :

ATTENTION ATTENTION, HISTOIRE VRAIE
En visionnant ce film, on n'as du mal à imaginer qu'autant de courage chez une personne puisse exister. Et pourtant.....
Certaines scènes sont assez sanglantes, voir très sanglantes, mais, comme on peu se douter, ce ne devait pas être une partie de plaisir, donc, elles nous mettent bien dans l'ambiance.
Avec du beau monde dans le casting, Mr Gibson reviens fort dans la réalisation avec ce petit chef d’œuvre.
Allez, très bon film à tous
 
02/05/2017      tweet
Avis Cinéma
FREDCLOCLO

[GuruCiné]

Suivi par 511 membres
23 amis 701 avis 



a vu le film en VOD le 02/05/2017 Avis :

Un des plus beaux et des plus réalistes films de guerre qui m'ait été donné de voir. Des scènes extrêmement réalistes telles qu'on en avait également vu dans "Il faut sauver le soldat Ryan". Et dire que c'est tiré d'une histoire vraie... ça m'en a donné froid dans le dos ! Ce soldat, sans armes, qui parvient à sauver autant de vies rien que par son courage et sa foi. Un véritable héros !
 
11/06/2017      tweet
Avis Cinéma
vanohe

[Cinévore]

Suivi par 119 membres
1 amis 499 avis 



a vu le film en VOD le 11/06/2017 Avis :

Film très maîtrisé, qui offre une belle histoire, ses moments de bonheur, (très peu) et ses moments forts, aussi bien dans la vie civile, que dans la vie au front. Et là c'est un déluge de scène difficile comme la guerre.
Le cinéma de Mel GIBSON ne fait pas de compromis, pour pouvoir démontrer l'extraordinaire courage et détermination de son héros, il nous plonge dans l'enfer de la guerre. Les balles fusent, les hommes tombent, ils s'entre-tuent, ils sont blessés, estropiés, condamnés.
C'est avec rudesse que Gibson nous emmène dans cette histoire vrai, où les héros ne sont pas toujours ceux que l'on croit.
La folie meurtrière qui gagne le cœur des hommes ne nous donne que peu d'espoir, et peu lumière dans les ténèbres. Et ça Gibson le maîtrise très bien et le retranscrit sur pellicule avec brio.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2017 Liens cinéma   Google+