Films Cinéma et TV sur notreCinema
4
Québec
    Le wiki du cinéma !

Mon cinéma
10
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de films
4
Films classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
2
Vod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   

Lexique du cinéma

par FREDCLOCLO

(*) L'astérisque signifie que la définition du mot est sur la même page.
Un mot en bleu est un lien hypertexte vers une autre page et donc pas vers un autre mot !

A

ACCELERE

L'accéléré est un effet obtenu en enregistrant les images à une vitesse inférieure à celle de la projection normale. Lors de la projection à 24 images seconde (cote internationale actuellement en vigueur), les mouvements subissent une accélération d'autant plus importante que la cadence d'enregistrement aura été faible. Les films muets tournés à 16 images seconde sont projetés aujourd'hui à 24 images seconde et rendent un effet d'accéléré. La prise de vues en accéléré suppose l'utilisation de moteurs de caméra à leur fréquence la plus basse (8 images seconde) ou l'utilisation de dispositifs de commande automatique.

ACTUALITES

Court métrage à caractère documentaire relatant les évènements de toute espèce advenus dans le monde. Produites par des firmes particulières, réalisées par des techniciens spécialisés, les actualités, différentes chaque semaine, étaient projetées soit en première partie d'un programme, soit, dans certaines salles spécialisées (les "cinéac").

ADAPTATION

L'adaptation est la transposition d'une oeuvre littéraire préexistante en une oeuvre cinématographique. On dit qu'une adaptation est fidèle lorsqu'elle conserve alors l'essentiel de l'action, des personnages, des dialogues, des détails de l'oeuvre littéraire; ou infidèle, lorsqu'elle s'éloigne assez considérablement du matériau original. L'adaptation est rédigée par un adaptateur, par un scénariste ou par un metteur en scène.

AGFACOLOR

Procédé de films en couleurs mis au point au sein de la firme allemande Agfa en 1910. Le premier long métrage en Agfacolor date de 1941. Ce procédé, qui est trichrome, consiste à utiliser, sur un support unique, trois émulsions respectivement sensibles au rouge, au jaune et au bleu. Dans la pratique, on ajoute, entre la couche sensible au bleu et la couche sensible au jaune, une couche intermédiaire servant de filtre jaune qui arrête les rayons bleus. Agfa, qui a fusionné depuis plusieurs années avec Gevaert, fabrique des films inversibles et des films négatifs positifs.

AGRANDISSEMENT (Voir GONFLAGE)

AIDE (LOI D')

Plus précisément Fonds de développement de l'industrie cinématographique (F.D.I.C.). Il s'agit d'un soutien financier de l'Etat français à l'industrie cinématographique. La loi d'aide date de 1954. Son but consiste à la fois à financer les films, à équiper et moderniser les salles de cinéma, à encourager les diverses industries techniques, à promouvoir un cinéma de qualité par le biais de l'avance sur recettes et des subventions attribuées aux films de courts métrages. Pour le long métrage, l'aide est calculée suivant un taux proportionnel aux recettes obtenues par les films distribués.

AMBIANCE (en anglais : FILL IN)

Ce terme désigne d'abord la lumière qui assure l'homogénéité d'une scène. La lumière est répartie uniformément sur tout le décor de manière à ne pas produire d'ombres. Du rapport entre l'ambiance et la lumière principale (key) doivent naître le style d'éclairage du film et le contraste. L'ambiance est aussi l'équilibre obtenu par les différents éléments artistiques du film : décors, costumes, éclairages, cadrages, effets dramatiques. Un plan d'ambiance réussi (le plus souvent il s'agit d'un plan général) définit la qualité intrinsèque d'une scène. On appelle enfin l'ambiance l'atmosphère générale obtenue, lors d'une scène de foule, par les mouvements des acteurs principaux, des éléments techniques et humaine mis en scène par le réalisateur.

ANALOGIQUE

Qualifie des grandeurs physiques variant de façon continue ou des données représentées sous forme continue, ainsi que les processus et les unités fonctionnelles qui utilisent ces données. On utilise ce terme pour désigner par exemple des appareils électroniques, des instruments de mesure... Par exemple, un thermomètre à mercure est dit analogique.

On oppose l'analogique au numérique

ANAMORPHOSE 

L'anamorphose est un système optique qui déforme l'image en la comprimant dans le sens horizontale. Le mot anamorphose vient du grec ana, retour vers, et morphe, forme. Son principe date de la plus haute Antiquité. Il est utilisé aujourd'hui dans la mise au point du Cinémascope. A la projection, l'image est dilatée autant de fois qu'elle a été comprimée à la prise de vues. C'est l'hypergonar, mis au point par le professeur Chrétien en 1925, qui permet de dédoubler dans le sens horizontal ou vertical la valeur angulaire du champ photographique.

ANGLE DE PRISE DE VUES

L'angle de prise de vues est défini par l'emplacement de la caméra. C'est, bien entendu, le point de vue du metteur en scène par rapport à l'espace, aux objets, aux personnages se déplaçant dans cet espace. Du choix de l'angle de prise de vues vont dépendre à la fois le choix de l'objectif et, par conséquent, le cadrage.

ANIMATION

L'animation est une technique qui repose sur l'enregistrement image par image. A la projection le mouvement est reconstitué dans sa totalité. Il existe différents genres de cinéma d'animation. Ils ont chacun leur propre technique. On trouve aussi bien l'animation d'objets, les dessins peints sur Celluloid, le film de marionnettes que les découpages animés, le film enregistré sans caméra, c'est à dire gravé directement sur pellicule. Le dessin animé qui consiste à faire naître le mouvement chez des personnages immobiles existe depuis les origines du cinéma. Il demande une technique et une habilité graphique impeccables. L'animateur qui prépare un dessin annimé se doit de faire un découpage très précis, de préparer des carnets de croquis, innombrables, de mettre au point les miliers de mouvements des personnages. Dans les meilleurs des cas, une équipe qui réalise un dessin animé est constituée de nombreux techniciens : des scénaristes, dessinateurs, directeurs artistiques conçoivent les films qui passent ensuite par plusieurs phases de fabrication, elles mêmes liées à différents types de dessins. Ces dessins sont exécutés sur Celluloid. Bien entendu, les animateurs travaillent de concert avec les dessinateurs. La coloration des "cells" (tous les dessins animés sont maintenant réalisés en couleurs) est faite de manière très scientifique. Il existe aujourd'hui plusieurs systèmes pour filmer des dessins animés. Le plus utilisé est le système multiplane mis au point dans les studios Walt Disney. La caméra multiplane présente une série de plateaux sur lesquels tous les plans et mouvements sont permis. Les "cells" sont placés sur chaque plateau dans leur ordre d'importance par rapport au scénario. On peut réaliser tous les panoramiques, travellings, tous les effets lumineux. On peut aussi changer les "cells" si besoin est.

ANNONCE

Terme définissant, pendant un tournage, l'action qui consiste à annoncer le plan qui va être tourné. L'annonce est faite avec le clap. Lorsque le metteur en scène est prêt à tourner et demande le moteur, l'ingénieur du son répond : "ça tourne". C'est l'assistant opérateur qui, sachant que la caméra, synchrone avec le magnétophone, l'annonce. Lorsque la prise est sonore, le clapman (voir CLAP) précise le titre du film, les numéros du plan et de la prise.

ANSCO COLOR

Procédé de cinéma en couleurs. L'Anscocolor fut mis au point par la firme américaine Ansco, filiale de la société Agfa. Comme le procédé Agfacolor*, il utilise une pellicule à trois couches d'émulsions.
En 1942, au début de la deuxième guerre mondiale, est lancée l’Ansco Color. Le problème c’est qu’avant même de devenir un succés, cette pellicule couleur inversible se voit, aux Etats Unis, interdite de vente au grand public. En effet, la simplicité de son développement en faisant à l’époque son atout principal, elle est réquisitionnée par le gouvernement américain pour participer à l’effort de guerre ; et va devenir, pendant de nombreuses années, la pellicule favorite de l’armée et des services secrets. Contrairement au procédé Kodachrome qui nécessite une usine complète pour son traitement l’Ansco Color, elle, peut être développée n’importe où et par n’importe qui. Mais ironie de l’Histoire, à la fin de la guerre Ansco Color passe à l’Est ! En effet l’armée soviétique, qui entre dans Berlin en avril 1945, saisit comme butin de gros stocks de l’Ansco Color. Pellicule qui, par la suite, servira à fabriquer le procédé Sovcolor, largement utilisé en URSS et dans les pays de l’est. Et c’est ainsi que pendant la guerre froide, une pellicule née sous le régime nazi eut un égal succés, à l’ouest comme à l’est ! Fin 45, l’Ansco Color est “rendue” au grand public. Les américains, ignorant tout de son origine allemande, en feront pendant de nombreuses années le concurrent sérieux de son équivalent chez Kodak, le Kodachrome ! A tel point que l'industrie cinématographique s’en empare puisque de nombreux films musicaux de la MGM, comme Brigadoon (1954) de Vincente Minelli ou Les Sept femmes de Barbe-Rousse (1954) de Stanley Donen, seront tournés sur ce support.

APPAREIL DE PRISE DE VUES (Voir CAMERA)

APPAREILS DE PROJECTION (Voir PROJECTEUR)

ARC (LAMPE A)

Matériel d'éclairage utilisé en extérieur. Les arcs fournissent une lumière de grande intensité dont la répartition spectrale se rapproche de celle du soleil. L'arc se compose de deux baguettes de charbons minéralisés additionnés de sels métallique. Pendant leur utilisation, les deux charbons sont mis en contact puis séparés lentement. Les arcs sont rendus silencieux par l'interposition de "selfs" dans le circuit électrique.

ARRET SUR L'IMAGE

L'arrêt sur l'image consiste à immobiliser un plan du film. C'est un effet réalisé en laboratoire : il faut surtout veiller à ce que l'image soit nette. L'arrêt sur l'image est souvent utilisé à la fin d'un film pour clore définitivement une action.

ART ET ESSAI (SALLES D')

Les salles d'art et d'essai, commerciales, sont spécialisées dans la projection de films jugés difficiles, et en version originale lorsqu'ils sont étrangers, ainsi que dans la projection de films anciens. Une commission du Centre national de la cinématographie effectue le classement des salles en fonction de leurs programmes. Les salles d'art et d'essai bénéficient d'un dégrèvement fiscal et proposent des places à prix réduits.

AUDITION

Présentation d'une scène par un comédien devant un metteur en scène et ses assistants dans le but de se voir confier un rôle dans le film que prépare le metteur en scène. Les auditions peuvent être faites directement devant le metteur en scène ou enregistrées sur support film ou vidéo.

AUDITORIUM

L'auditorium est un local destiné à la finition sonore d'un film. Il doit évidemment être totalement insonorisé et on ne peut y pénétrer que lorsque la lumière rouge installée à l'extérieur est éteinte. Dans un auditorium on fait : a) le bruitage*; b) la post-synchronisation; c) le doublage; d) le mixage. On peut aussi y effectuer des repiquages et des play-backs

AUTOCENSURE

Dans les pays à régime libéral, on appelle autocensure la censure pratiquée à l'intérieur de l'industrie cinématographique par les maisons de production et de distribution sur leurs propres produits afin d'éviter de heurter les convictions politiques, religieuses ou morales des spectateurs; ou encore la censure pratiquée par les auteurs eux-mêmes (scénaristes, dialoguistes, metteurs en scène) pour les mêmes raisons.

AVANT-GARDE

Né dès le début du XXè siècle, le mouvement de l'avant-garde vise à l'expérimentation systématique des ressources cinématographiques (ralentis, accélérés*, effets de montage), photographiques (flous, surimpressions, surexpositions, etc.) ou plastiques (composition) de l'image, ou même du support matériel du film (pellicule grattée, mélange de négatif et de positif, etc.). Cette vocation, essentiellement esthétique, n'exclut pas pour autant les intentions politiques ou sociales. Pour des raisons financières, les films d'avant-garde sont le plus souvent des courts métrages*. Certains auteurs n'oeuvrent que dans cette branche qui a ses propres festivals.

AVATAR

Dans le contexte cinématographique, un avatar est la représentation informatique que prend un acteur ou un objet dans un univers virtuel.

AVENTURES (FILM D')

Le film d'aventures met en scène les exploits d'un héros, ou, moins souvent, d'une héroïne, qui triomphe de tous les obstacles créés par le destin ou par des adversaires, au cours de péripéties variées et spectaculaires, faisant appel à toutes ses ressources physiques, intellectuelles et morales. Ces péripéties frôlant souvent l'invraisemblance, le film d'aventures se teinte volontier d'humour. Il alimente presque tous les autres genres, et se subdivise en nombreuses catégories suivant le cadre de l'action (film de cape et d'épées, film de pirates, péplum), les pratiques du héros (film de karaté ou de kung-fu).

AXE

On dit que des pellicules ont le même axe lorsqu'elles ont été coupées dans la même feuille. Il faut toujours réaliser un film, surtout en couleurs, avec des pellicules de même axe c'est à dire ayant exactement la même sensibilité.

B

BANC-TITRE

Appareil destiné à reproduire les cartons de générique et des documents. Un système permet de manoeuvrer la caméravisée reflex) et le plateau sur lequel se trouvent les documents destinés à être filmés. Le plateau peut être élevé ou descendu à volonté. Avec le banc-titre tous les mouvements et trucages sont possibles.

BANDE AMORCE

Se dit de la pellicule qui, placée au début de chaque magasin, n'est pas impressionnée et sert à placer le film dans la caméra ou l'appareil de projection*. Elle est aussi utilisée au montage au cours des différentes manipulations. La bande amorce doit être suffisamment longue pour que la pellicule vierge ne soit pas malencontreusement impressionnée au cours d'une changement de magasin et que le positif ne soit pas abîmé. Pour le montage, il existe des amorces de différentes couleurs. On peut utiliser des amorces vertes pour les débuts, rouges pour les fins.

BANDE- ANNONCE

Qu'elles soient fabriquées par des studios spécialisés ou par les réalisateurs des films, les bandes-annonces durent presque systématiquement entre 1 minute 30 et 2 minutes. «C'est suffisamment long pour faire passer des messages et assez court pour être diffusé dans une émission de télé», explique Sonia Mariaulle, gérante du studio de bandes-annonces Sonia Tout Court. «Vu le nombre de sorties, si on veut avoir une chance qu'elles soient programmées dans les cinémas avant les séances, on ne peut pas faire plus long», explique aussi Arthur Hallereau, directeur marketing chez Ad Vitam, distributeur et producteur indépendant.

Elle résume l'histoire. Pour Olivier Drapron, responsable marketing chez Sony, une bande-annonce doit contenir «l'essence même du film : le sujet, l'intrigue, l'atmosphère». «Il y a une volonté de rassurer les spectateurs, affirme Sonia Mariaulle. Quand l'intrigue est complexe, on rajoute même souvent une voix off qui plante le décor.» «On prend moins le risque de faire des bandes-annonces conceptuelles comme il y a quinze ou vingt ans», poursuit la spécialiste, en citant celle d'On connaît la chanson  d'Alain Resnais, en 1997, qui ne contenait aucun extrait mais les comédiens récitant des paroles.

Elle ménage le suspense. «Si le spectateur a l'impression d'avoir vu tout le film après avoir visionné la bande-annonce, c'est complètement raté», assure Thierry Lacaze, directeur de la distribution chez Wild Bunch, société de production et de distribution indépendante. «On essaie de terminer la bande-annonce sur un grand point d'interrogation, renchérit Sonia Mariaulle. Si le film raconte la naissance d'une histoire d'amour, on va montrer qu'il y a aussi des obstacles.»

Elle vend du spectaculaire. «On glisse dans la bande-annonce les plans qui ont coûté le plus cher», explique Nicolas Thevenin, directeur marketing de la société de distribution SND. «Dans celle de Point Break, on avait mis une scène de braquage très spectaculaire, poursuit Nicolas Thevenin. Dans celle de la Chute de Londres, il y avait des images où la ville était totalement détruite.» La bande- annonce insiste aussi sur les atouts d'un film, comme un acteur ou un réalisateur célèbre ou primé. «Dans ce cas, on incruste leur nom et on indique les prix reçus ou les précédents films», précise Sonia Mariaulle.

Elle sort le plus tôt possible. Une bande-annonce doit commencer à être diffusée dans les salles et sur Internet au moins deux mois avant la sortie du film. «Mais si on veut qu'elle apparaisse davantage dans les recherches sur Internet, il faut la diffuser au moins quatre mois avant», précise Arthur Hallereau d'Ad Vitam. Cette durée passe à huit, voire à douze mois pour les blockbusters américains, mais sous la forme de teasers, soit des films de 30 à 40 secondes qui précèdent la bande-annonce officielle. «On en a sorti un de Blade Runner 2049 en décembre dernier alors que le film ne sortira qu'en octobre prochain et qu'il n'est même pas encore monté», raconte Olivier Drapron, de chez Sony. 

Les teasers concernent principalement les suites, visent à faire le buzz et à alimenter l'attente des spectateurs. Les grosses productions américaines en raffolent et conçoivent aussi des formats de dix secondes pour le réseau social Snapchat ou pour les mobiles. Si, selon plusieurs spécialistes, une bande-annonce d'un film français coûte entre 8 000 et 15 000 euros, les Américains, qui sont autorisés à faire de la pub pour le cinéma à la télévision, peuvent dépenser facilement dix fois plus pour fabriquer un«pack» qui contient plusieurs bandes-annonces et teasers.

On les teste auprès des spectateurs. Avant d'être diffusées, les bandes-annonces sont souvent testées. «Chez nous, on a tous un réseau de dix à quinze proches à qui on les fait visionner si l'on a un doute, explique Arthur Hallereau, du distributeur indépendant Ad Vitam Distribution. Cela permet de voir si les images donnent envie.» Thierry Lacaze assure que les bandes-annonces des films distribués par Wild Bunch sont fréquemment testées lors de rencontres avec des patrons de salles ou auprès de spectateurs : «On le fait beaucoup pour des comédies parce que l'humour, c'est très subjectif.»

«On est très attentifs à ces tests. Une bande-annonce, c'est comme le premier regard lors d'une rencontre, assure Xavier Albert, directeur général d'Universal Pictures France. Elle reste notre arme de persuasion massive, c'est l'élément qui joue le plus dans la décision d'aller voir un film.»

BANDE IMAGE

La bande image est la partie de la pellicule qui se déroule parallèlement à la bande son* et sur laquelle l'image seule est impressionnée.

BANDE SON INTERNATIONALE

La bande internationale (dite bande inter) est une bande son qui comprend la musique, les bruits, les ambiances, à l'exclusion de toute parole. Elle sert, au mixage, à préparer le doublage des copies destinées aux pays étrangers et qui ne seront pas sous-titrées.

BANDE SONORE

Partie de la pellicule sur laquelle est enregistrée le son, optique ou magnétique. Les copies servant aux projections dans les salles du monde entier sont le plus souvent tirées en son optique. Le son magnétique sert à l'enregistrement du son pendant le tournage, mais on peut tirer des copies d'exploitations dont la bande sonore est magnétique. Sur la pellicule standard en 35 mm, la bande son se trouve à gauche de l'image. Sur les copies exploitées en magnétique, le son peut être partagée en quatre ou six bandes placées de chaque côté de la pellicule (Cinémascope et 70 mm). On utilise aussi le procédé dit double bande : l'image et le son, chacun sur une bande, défilent, synchrones, sur l'appareil de projection.

BICHROMIE

Procédé de reproduction cinématographique. Mis au point en 1904, ce procédé utilise deux couleurs de base, le vert et l'orange ou le blanc et l'orange.

BLIMP

Caisson servant à insonoriser les caméras lorsque la fabrication ne les a pas rendues autosilencieuses. Les blimps doivent permettrent aux commandes des caméras de pouvoir toujours être manoeuvrées de l'extérieur. On peut les recouvrir pour achever l'insonorisation.

BLOCK BOOKING

Par le "block booking", l'exploitant s'engage par contrat à présenter une série de films (dix, douze) venant du même distributeur.

BLOCKBUSTER

Ce mot était à l'origine un terme du jargon théâtral américain qui qualifiait une pièce remportant un succès important. Dans le milieu du cinéma, le terme blockbuster s'appliquait auparavant à des films réalisant de gros succès au box office* (Quo vadis, Autant en emporte le vent, Ben-Hur), par la suite celui-ci désigna par extension une super-production à gros budget qui, par sa distribution, ses effets spéciaux ou la campagne de publicité accompagnant sa sortie, attira l'attention des médias et du public, même si le film s’avérait être un échec financier. Le premier blockbuster cinématographique communément admis en tant que genre cinématographique est "Les Dents de la mer" de Steven Spielberg : sorti en 1975 avec la Universal Pictures qui investit des dizaines de millions de dollars dans la promotion de films à travers des spots télévisés, il lance « l'ère des blockbusters » qui inaugure l'ère du marketing et des produits dérivés avec le lancement de "Star Wars" en 19773. Enfin, e nom du réalisateur ou des acteurs présents dans le casting suffit parfois à qualifier le film de blockbuster. C'est une façon d'indiquer à quelle échelle le coût peut être estimé.

BOBINE

On désigne par ce terme le rouleau sur lequel est chargée la pellicule. Il existe deux types de bobines : celles de la prise de vues, placées sur la caméra, et celles destinées à l'appareil de projection*. Pour le tournage, la longueur des bobines varie selon qu'il s'agit de 16 mm ou de 35 mm. Pour le 35 mm, on utilise des bobines de 30 m et pour le 16 mm des bobines de 30 à 60 m. Le film peut se présenter aussi sur des galettes de 30, 60, 120 et 300 m pour le 35 mm, de 60, 120, 300 et 365 m pour le 16 mm. A la projection, une bobine de 300 m dure environ 10 minutes pour le 35 mm. Un film moyen de 1h30 a donc environ de 9 à 11 bobines. En 16 mm, un film de la même durée à environ 900 m.

BOUGIE NOUVELLE

Unité d'intensité de la lumière. C'est une unité arbitraire représentée par des lampes électriques étalons à filament de carbone (voir LUXet FOOT-CANDLE).

BOUT D'ESSAI

La brève séquence tournée sous la direction d'un metteur en scène ou d'un producteur par un acteur ou une actrice afin de vérifier ses capacités d'interprète ou son adéquation à un rôle s'appelle un bout d'essai.

BOX-OFFICE

Le mot box-office (en français : "guichet de théâtre") désigne l'échelle des recettes des films. Le classement au box-office paraît dans les journaux corporatifs. Il permet notamment de déterminer la valeur commerciale des vedettes.

BRANCHEMENT

Système permettant aux électriciens d'un film de disposer de l'électricité nécessaire à un tournage en intérieur à partir des colonnage montantes installées dans un immeuble. Pour être utilisées, les colonnes ne doivent pas être saturées. Le branchement électrique forain se fait en accord avec l'E.D.F.

BRUITAGE 

Ensemble des effets sonores qui, en plus des dialogues et de la musique, accompagne la bande son* cinématographique. On peut, pour faire le bruitage, soit des sons enregistrés au tournage, soit, en auditorium*, créer des bruits à l'aide d'instruments choisis par le bruiteur, soit utiliser des sons déjà existants et inscrits aux catalogues des archives sonores. Le montage et le mixage vont donner au bruitage toute sa valeur. Le bruitage ne sert pas seulement à meubler une scène du film, il peut ajouter à son intensité. Au même titre que le silence, le bruitage peut avoir une réelle valeur artistique. 

Pages
1 - 2 - 34 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

Ce dossier est constitué actuellement de 9 pages classées par ordre alphabétique.

Voir également le dossier : LES METIERS DU CINEMA 

L'EQUIPE DE PRODUCTION - L'EQUIPE DE TOURNAGE - L'EQUIPE ARTISTIQUE - L'EQUIPE DE MONTAGE - AUTRES METIERS.

Ces pages sont bien entendu non-exhaustives, vu l'évolution galopante du 7ème Art depuis sa création. Aussi, j'encourage vivement les lecteurs de ces dossiers à se manifester (via le forum "LEXIQUE ET METIERS DU CINEMA), afin de les compléter.

 






Mentions légales© 2000-2017 Liens cinéma   Google+

Monde Jurassique  Jurassic World
Monde Jurassique
télécharger Sex tape en streaming
Sex tape
télécharger La Reine des neiges en streaming
La Reine des neiges
Le Réveil de la Force Star Wars : The Force Awakens
Le Réveil de la Force
Pour l'amour d'Hollywood La La Land
Pour l'amour d'Hollywood
Justice League Justice League
Justice League
Les Gardiens de la galaxie 2 Guardians of the Galaxy Vol. 2
Les Gardiens de la galaxie 2
Alien Covenant Alien Covenant
Alien Covenant
Transformers : Le Dernier Chevalier Transformers: The Last Knight
Transformers : Le Dernier Chevalier