2001, l'odyssée de l'espace
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
5
Québec
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
3
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteurs
1
Vidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
1
Vod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
2001, l'odyssée de l'espace

2001, l'odyssée de l'espace

 

Réalisé par
en 1968

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Test DVD News Récompenses (1) Avis & critiques Streaming VOD Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

22/09/2006      tweet

Amine

[CinExpert]

Suivi par 134 membres
4 amis 681 avis 



a vu le film au cinéma le 22/09/2006 Avis :

Ce chef-d’œuvre reste pour moi le plus grand film de science fiction. Car tout est suggéré et laisse le spectateur se poser toutes les questions existentielles. Existe-t-il oui ou non une intelligence créatrice de l’univers, dans quel but, sommes-nous seuls dans l’univers etc.
Déjà la séquence de l’os reliant le passé au futur est d’une ingéniosité inouïe.

 
15/05/2006      tweet

olifleur

[AmateurDeCiné]

6 avis 



a vu le DVD le 13/05/2006 Avis :

Je sais UNE seule étoile pour LE chef-d'oeuvre de Kubrick c'est une insulte au petit monde du cinéma. On peut aimer (si si beaucoup ont aimé !) mais moi pas (malheureusement car 2h22 c'est long quand on s'ennuie !). Mes raisons: pas d'histoire, des longueurs insoutenables, ... enfin j'ai pas réussi à m'introduire dans son univers et n'ai pu apprécier. Dommage
 
03/12/2006      tweet
 Avis Cinéma
oberon

[AmateurDeCiné]

Suivi par 1 membres
1 amis 8 avis 



a réagi le 03/12/2006

dommage! regarde le peut-être à nouveau plusieurs lectures sont nécessaires pour bien le saisir. par contre si tu veux tout savoir lis le livre de Clark qui est une pure merveille et qui t'emmenera dans un voyage vers Jupiter passionnant.
  
28/12/2007      tweet
Avis Cinéma
nicos31

[Cinéfan]

Suivi par 105 membres
1 amis 30 avis 



a vu le DVD le 28/12/2007 Avis :

Un film qui, en quarante ans, n'a pas pris une ride. "2001" est un film qui peut déconcerter certains, mais pour moi, ce fut une vraie révélation!
Chef d'oeuvre !
 
28/12/2007      tweet

Marie*

[AmateurDeCiné]

Suivi par 1 membres
23 avis 



a vu le DVD le 28/12/2007 Avis :

chef d'oeuvre de Stanley KUBRICK, bercé par la musique pendant plus de deux heures passée devant un écran : deux heures (ou trois le temps passe si vite !) de bonheur !
 
21/01/2008      tweet

sylvainseven

[AmateurDeCiné]

69 avis 



a vu le film au cinéma le 21/01/2008 Avis :

Oui bah pareille qu'olifleur!!Quand on aime pas Kubrick c'est qu'on aime pas le ciné,voire qu'on y comprends rien...bah c'est mon cas alors,mais c'est surtout mon choix!!lol
Toute son oeuvre est marquée par des films prétentieux,pompeux et chiants!!
Kubrick,ou celui qui filmait avec son cerveau,jamais avec son coeur...
 
12/05/2018      tweet
 Avis Cinéma
drugspider

[Cinévore]

Suivi par 129 membres
507 avis 

 


a réagi le 12/05/2018

C'est clair que Max Pecas à coté....
  
07/04/2008      tweet
Avis Cinéma
aladdin

[CinExpert]

Suivi par 73 membres
6 amis 207 avis 



a vu le film au cinéma le 00/00/1996 Avis :

J’ai découvert le film il y a plus de 20 ans dans une grande salle du Bd des italiens à Paris lors d’un mini festival de science fiction, ensuite plusieurs fois à la TV.
Je l’ai dans ma vidéothèque bien sur car c’est un classique de la science fiction.
J’ai été très surpris la première foi.
J’avais toujours l’habitude de comprendre parfaitement l’histoire, le scénario, voir le conteste d’un film.
Là impossible….. A la fin je suis rester bouche bé…. Quel message avez donc bien pu nous faire passé se cher Kubrick ?
Pourtant, j’avais bien compris les précédents films du grand réalisateur « Dr. Folalour » et
« Les Sentiers de la Gloire ».
Et là rien, nenni, peau d’balle.
Qu’étais-je venu chercher dans cette galère ?
Pourtant j’adore la S.F. les vaisseaux spatiaux les ordinateurs, j’adore aussi le cinérama et la musique classique.
Mais là, incompréhensible !
C’est vraie qu’à la fin du film on en à plein les yeux, sa flache dans tout les sens, c’est plein de lignes et de spirales fluo, d’intérieur louis XIV où XVI où XIII, je ne sais pas, je ne sais plus, ce film est déstabilisant mais on s’en souvient toute sa vie !
Bravo pour les effets spéciaux de Douglas Trumbull qui oeuvra plus tard sur "Star War" et "Silent Running".
Oh fait, pourquoi y a-t-il un bébé à la fin ?
P.S. Heureusement qu’il eu une suite « 2010 » pour mieux comprendre le premier.
 
27/12/2010      tweet
Avis Cinéma
xilefz

[Guru Expert]

Suivi par 783 membres
67 amis 2258 avis 

       


a vu le DVD le 26/12/2010 Avis :

Un bon film à voir absolument
 
13/09/2014      tweet
Avis Cinéma
jamesbond

[Maitre Ciné]

Suivi par 788 membres
24 amis 2759 avis 

 


a vu le film au cinéma le 13/09/2014 Avis :

Assurément le plus grand film de science-fiction de tout les temps,contraire au navrant film de Ridley Scott,"Prometheus" dont le scénario essai de nous donner des questions sans réponses,Kubrick nous laisse à nous de poser des questions existentielles sur notre monde,somme -nous seuls dans l'univers?

La mise en scène est très audacieuse pour son époque,les effets spéciaux sont d'une incroyable nouveauté,mal grès que ceux-ci sont anciens ,du grand art .

Kubrick,le visionnaire nous donne envie de voyager dans l'espace,comme son antihéros,David Bowman qui traverse la porte des étoiles à travers le Monolithe Noire,on ne peut rester que émerveiller devant ce magnifique spectacle.Kubrick était un génie.

Ce film fut le plus gros succès du cinéaste new-yorkais...
 
18/04/2016      tweet
Avis Cinéma
rosalie210

[Cinéphil]

Suivi par 541 membres
4 amis 967 avis 

  


a vu à la télé le 10/12/2010 Avis :

Film matrice de la SF d'exploration métaphysique de l'univers (Contact de Zemeckis en 1997, Wall-E des studios Pixar en 2008 et Interstellar de Nolan en 2014 pour ne citer qu'eux en sont ses héritiers directs) 2001 est un film d'une grande richesse thématique et formelle. Le film s'appuie sur la fiction puisqu'il a été conçu conjointement avec le savant et écrivain Arthur C Clarke qui a écrit le roman et ses suites (2010 Odyssée deux est d'ailleurs tout aussi passionnant que 2001) mais également sur un solide substrat scientifique issu de la collaboration de Kubrick avec la NASA. Le résultat est à la fois d'une grande crédibilité (le bruit comprimé de la respiration par exemple) et d'une grande beauté avec notamment le "trip" hallucinogène de Bowman, la station spatiale qui "valse" dans l'espace au rythme du Beau Danube Bleu, traduction de l'euphorie de la conquête spatiale ou bien le thème du progrès (de singe à homme, d'homme au surhomme nietzschéen) accompagné du Ainsi parlait Zarathoustra de Strauss et/ou du fameux et mystérieux monolithe envoyé par des extra-terrestres qui restent invisibles. L'un des traits les plus géniaux de Kubrick consiste en effet à réunir le passé et le futur en soulignant leurs similitudes. Tout le monde connaît la séquence de l'os lancé en l'air par l'homme-singe qui vient de découvrir son usage en tant qu'arme et que la magie d'un raccord transforme en navette spatiale de forme similaire.
Volontairement abscons avec peu de dialogues, le film est fait pour faire réfléchir plus que pour apporter des réponses. Ainsi en est-il par exemple du rapport homme-machine où Hal s'avère plus "humain" que ses maîtres.
 
27/06/2016      tweet

cedric07

[Cinéfan]

Suivi par 19 membres
1 amis 129 avis 



a vu le DVD le 27/06/2016 Avis :

film magnifique réalisé par Stanley KUBRICK 2001 a space odyssey nous transporte du début à la fin grâce à ses images grandioses une oeuvre gigantesque du septième art à ne pas rater sous aucun prétexte
 
08/06/2018      tweet
Avis Cinéma
Djayesse

[Cinéphil]

Suivi par 92 membres
864 avis 

  


a vu le film le 08/06/2018 Avis :

Le silence de l’espace, seulement troublé par la musique des Strauss (Johann & Richard), de György Ligety et même d’Aram Khatchatourian.
C’est l’espace de Stanley KUBRICK, celui où aucun son ne se répercute, où chaque astronaute n’entend que sa respiration. Mais c’est surtout l’espace tel qu’il est où les explosions ne sont que visuelle et qui fera dire à Ridley SCOTT une dizaine d’années plus tard : dans l’espace personne ne vous entendra crier.

En 1968, quand sort le film, les spectateurs étaient plutôt habitués à voir des films de science fiction de série B (voire plus loin dans l’alphabet), où de méchants extra-terrestres à la forme humanoïdes venaient embêter les gentils Terriens.
Alors quand Kubrick présente son film, c’est une véritable révolution dans le cinéma de genre : on peut faire un film qui se déroule dans l’espace sans tomber dans le ridicule.

Kubrick, pour réaliser cette « odyssée » s’est entouré de techniciens hors pair – dont l’inévitable (depuis) Don Trumbull – pour donner une majesté au film accentuée par la musique des deux Strauss : l’aube se lève sur Ainsi parlait Zarathoustra (Richard) et la station orbitale tourne sur les accords du Beau Danube bleu (Johann). Une idée absolument géniale : croiser deux genres (futuriste & musique classique) tellement éloignés l’un de l’autre et qui pourtant se complètent à merveille.

Ensuite, il y a la présence des extra-terrestres. C’est le premier choc qu’éprouve le spectateur devant ces grands monolithes rectangulaires. Ils n’ont aucun système vital identifiable, ni membres mobiles. Ce sont des êtres vivants ( ?) qui se rapprochent plus de l’entité voire du concept (essence) que les créatures qui nous étaient proposées les années précédentes (et encore maintenant, cela va sans dire).
Ces éléments (1) sont pourtant actifs : dans le premier âge exploré, on aperçoit des primates qui vont évoluer au contact du monolithe. Reste à savoir si cette évolution est bénéfique puisque l’outil « inventé » va surtout permettre de tuer : pour manger, pour attaquer.
S’ensuit alors la plus célèbre ellipse temporelle (quelques millions d’années en quelques secondes) du cinéma : l’os jeté en l’air tournoie et se métamorphose en vaisseau spatial au large de la Terre.

Mais passons à la deuxième époque : 1999 puis 2001. Il semble que les hommes aient retrouvé la trace de leur préhistorique mentor : une plaque a été retrouvée sur la Lune. Et l’expédition finale - dirigée par David Bowman (Keir DULLEA) et Frank Poole (Gary LOCKWOOD)- assistés d’un ordinateur à l’intelligence artificielle extrêmement avancée (2) – n’est possible car on a intercepté des vibrations similaires autour de Jupiter.
Mais en arrivant à Jupiter, c’est autre chose que trouvera David, une espèce de voyage vers l’infini et au-delà comme dirait quelqu’un…

C’est cette deuxième expédition, cette odyssée finale, qui fait tout le sel du film et nous propose les images les plus fabuleuses. On y suit les mésaventures de David et Frank aux prises avec Hal, aux accents torturés de la musique de Ligety. C’est d’ailleurs ce même style de musique qu’on retrouvera dans un autre film de Kubrick aux personnages eux aussi torturés : Shining (1980).
Le film de Kubrick tranche aussi avec l’action qui s’y déroule. Les spectateurs (d’avant et de maintenant aussi) n’ont pas beaucoup l’habitude d’un rythme aussi lent pour un sujet aussi fascinant (3). Et pourtant, le rythme adopté ici est le bon : le mouvement gracieux et continu du corps de Frank qui flotte dans l’espace en est une très belle illustration, rappelant la station orbitale du début. Mais la musique de Strauss (Johann) n’est plus d’actualité : entre temps, le superordinateur est devenu fou. Ou quelque chose qui s’en rapproche (4). Les efforts de David pour le neutraliser deviennent passionnants, Hal perdant de son intelligence et de sa voix en fonction des circuits qui sont débranchés, donnant un caractère pathétique à la scène qui se déroule.
Mais il y a une force maléfique dans cet être numérique dont la froideur n’a d’égal que celle de l’espace autour du vaisseau. HAL n’est qu’un œil, immobile malgré son grand empan visuel. C’est l’un des tueurs les plus terribles du cinéma : son œil – artificiel, évidemment – exprime encore moins qu’un regard humain vide. Le parti pris de Kubrick de filmer cet œil en gros plan accentue le caractère maléfique et redoutable de cette machine, qui semble avoir été trop bien conçue, atteignant (artificiellement) la folie que peut éprouver un esprit humain. Glaçant.

Et puis il y a le dernier voyage, celui qu’on entreprend toujours seul. Mais si on peut parler de la mort d’HAL, il est difficile d’en dire autant pour David.
C’est un voyage au bout de la nuit spatiale, au bout de l’infini, terminant le film sur une note irréelle voire surréelle. Ce sont des images naturelles saturées de couleurs primaires et complémentaires, entrecoupés par le visage ou l’œil de David, vivant avec un grand sentiment d’effroi ce voyage au bout de cet infini qui, tel l’horizon, ne cesse de reculer.

Quant à la dernière image, je vous la laisse, telle quelle, en face de vos interrogations (5)


(1) Il est difficile de les définir comme des êtres vivants, vous en conviendrez.
(2) Cet ordinateur est tellement en avance sur son temps que les lettres qui le définissent ont un rang d’avance sur le géant de 1968…
(3) Il faut dire que Star Wars est passé par là…
(4) Difficile de se prononcer dans le cas d’une intelligence artificielle.
(5)(re)voyez le film.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+