Fury
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
5
Québec
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinéma
10
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteurs
3
Vidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
1
Vod et streamingConcours et jeux
2
Créer mon compte / Me connecter   
search
Fury

Furynote

 

Réalisé par
en 2014

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Streaming VOD Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

27/10/2014      partager tweet
Avis Cinéma
drugspider

[Cinévore]

Suivi par 131 membres
539 avis 

facebook 


suivre
note a vu le film au cinéma le 27/10/2014 Avis : note
A l’inverse de la déception de" Sabotage" avec Schwarzenegger, David Ayer avec Fury offre une oeuvre grave, qui nous emmène à bord d’un tank américain envoyé prendre l’Allemagne à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

De la part d’Ayer, faut l'avouer spécialiste de l’égorgement surprise et autres meurtres sanglants comme on a pu voir avec " End of Watch", j'attendais vraiment un film brutal, privilégiant l’action et délaissant un contexte historique tristement passionnant. J'étais donc ravis de voir que le cinéaste a ici soigné la reconstitution et que sa volonté première n’était pas de signer un film badass toutefois de m' immerger dans le quotidien de ses soldats totalement désabusés. L’exercice n’est pas nouveau, loin de là, mais Ayer s’applique à développer les relations d’une équipe enfermée, épuisée qui n’aurait en rien envie d’être ailleurs, un peu comme si "Band of Brothers" rencontrerait " La Bête de Guerre"

La culpabilité, la perte d’innocence et de foi représente ici les thèmes principaux, assénés à travers des passages efficaces toutefois souvent et malheureusement trop appuyés. La subtilité n’est pas la qualité principale du réalisateur et certaines séquences comme le repas chez une famille allemande mettent très vite mal à l’aise, mais pas toujours aussi pour les bonnes raisons.

Le cinéaste a tendance à étaler son discours sur les horreurs de la guerre et sur le courage des soldats. Cela fait de Fury un film intense, qui prend aux tripes tout en oscillant entre le sacre de personnages iconiques et le souhait de ne pas les ériger surtout en héros. Si il n’hésite pas à en faire des tonnes, il n'ira pas néanmoins au bout de son propos radical. C’est ce qui rend le Fury inégal et contradictoire. L’exemple parfait demeura la fin, d’une violence inouïe dont l’effet retombera vite lorsque les violons seront sortis et que l’on aura droit à une conclusion moralisatrice en opposition avec le reste du film. Pour revenir le réalisateur avait réussi avec "Bad Times" à montrer le caractère inexplicable du conflit, ce qu’il ne parvient pas à faire ici à cause d’un traitement dramatique qui jouera en sa défaveur.

Mais bon malgré tout, s’il n’est pas un virtuose de l’image, Ayer met en scène des séquences extrêmement tendues et sèches. Fury est l’un des films, je pense les plus sauvages de l’année et a eu le mérite de me heurter et de me secouer à de multiples reprises tout en me tenant constamment en haleine. Je retiendra le face à face entre deux tanks, ainsi que certains passages dans une ville en ruines.

Coté casting, si Si Brad PITT reste solide comme un roc, comme d’habitude, ne cherchant pas à reprendre la prestation comique d’Inglorious Basterds, ses scènes où ses remords ressurgissent n'en seront pas les plus touchantes, il laisse de marbre dans sa manière de guider son équipe et de les recadrer dans les moments les plus compliqués car c'est surtout Shia LaBeouf qui m'a surpris. L’acteur dévoile une retenue rare qu’il conserve dans les scènes les plus dures, affichant une impressionnante sérénité.Pour le reste Michael Peña et Jon Bernthal assurent eux aussi malgré le côté déjà vu de leurs protagonistes plus instables et donc "sacrifiables". Enfin, moins péteux et assuré que dans ses blockbusters, Logan Lerman trouve sa place génialement ici entre ces forces brutes et s’avère définitivement meilleur dans la peau de jeunes fragiles que dans celle de Percy Jackson.

Pour conclure, Fury est loin d'être une déception et assure son spectacle violent et tonique. Ayer livre un film qui trouve sa force dans ses moments de tension, sa photographie et la partition lourde de Steven Price (Gravity), le tout porté par un casting impérial, rappellant malgré son manque de simplicité, certains classiques de guerre couillus et méchants ;-)
 
12/11/2014      partager tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 154 membres
14 amis 2177 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 11/11/2014 Avis : note
C’est l’histoire d’une fin de guerre assez houleuse où les soldats ne marchent pas la fleur au fusil. Fury est le nom d’un tank de l’armée américaine.
Nous sommes en avril 1945 et les soldats avancent en territoire ennemi, les nazis n’ont pas dit leur dernier mot et ils ont mis tout le monde sur le pied de guerre, des femmes, des enfants qui ont subi le lavage de cerveau durant des années et qui vendent chèrement leur peau face à une armée américaine qui n’a pas retrouvé son second souffle. Sur un champs de bataille jonché de matériel détruit, un soldat allemand peu méfiant passe à cheval, malheureusement pour lui le sergent Don Wardaddy lui saute dessus et le « liquide », c’est le chef d’un char M4 Shermann, nommé Fury, de l’armée américaine et il simulait une panne et abandon, l’un des pilote a été tué et cela a durement éprouvé le reste de l’équipe. Sur ordre du sergent le blindé se met en route après cet intermède pour rejoindre le camp de base. Une fois sur place le jeune deuxième classe Norman Ellison se présente au sergent, on l’a affecté à ce poste de pilote malgré qu’il soit dactylo, mais on a plus besoin de gens dans les chars que devant une machine à écrire, l’accueil de l’équipe à ce jeune bleu n’est pas vraiment chaleureux et le sergent va lui commander de nettoyer la place qu’il occupera, cette dernière est remplie de sang et des viscères de son prédécesseur ce qui ne va pas tarder à soulever l’estomac de la jeune recrue. Le repos est de courte durée, il faut repartir en mission pour rejoindre et investir la prochaine localité...
C’est vraiment rare ce type de film de guerre qui décrivent ce genre de situation, on avait plus l’habitude de grandes victoires avec leur coté plutôt épique voire héroïque. Non pas que les soldats que l’on décrit dans ce film ne le soient pas, s’ils le sont c’est bien à « l’insu de leur plein gré ». C’est un film aux décors réalistes avec la boue qui va avec et le temps pourri d’un avril allemand et les scènes de combat sont très bien réalisées. On va côtoyer des personnages qui ont perdu leur personnalité et leur joie de vivre, qui s’adonne quelquefois à l’alcool qui est comme chacun le sait un remède miracle contre l’oubli et qui recouvre aussi leur coté sauvage et rustre au contraire de la jeune recrue qui conserve encore toutes ses inhibitions salutaires. On ne voit pas de héros, c’est presque la normalité de soldat après un très long parcours, ils avaient été reçus en libérateur en Normandie et là ils sont usés en territoire ennemi face à des gens qui ne veulent pas baisser les bras comme ne l’on pas fait, entre parenthèse, d’autres pays qui ont été occupés par les allemands. On y décrit bien cette guerre qui s’enlise, face à des gens qui terrorisent aussi leur propre population et ça laisse découvrir un aspect de l’histoire qu’on avait un peu mis de coté car il est peu glorieux. C’est à voir, sans aucun doute...

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
08/01/2015      partager tweet
Avis Cinéma
Josey Wales

[GuruCiné]

Suivi par 871 membres
6 amis 437 avis 



suivre
note a vu le DVD le 07/01/2015 Avis : note
Les Américains sont en général inégaux dans leurs films de guerre, ce à la différence des Allemands et des Russes, toujours plus constants dans la qualité. Les excellents cotoient les nullités, Clint EASTWOOD et son « Iwo Jima » aux côtés de l’imposture « Soldat Ryan ».

Celui-ci fait partie des bons, voire des très bons sinon des excellents et rédime en bonne partie les mauvais et le buzz immérité qui fut fait autour en leur temps.

L’histoire n’est pas originale mais elle reste inoxydable et est ici bien scénarisée. Un chef de char doit compléter son équipe après la mort au combat de son mitrailleur. Le bleusaille qui s’annonce semble ne pas faire l’affaire et est assez vite fiché par les autres membres de l’équipe, soudés par les épreuves et combats déjà vécus ensemble. Le bleu va néanmoins finir par faire ses preuves, changer au contact de ses coéquipiers, en particulier du chef de char, rude, mais humain, devenir plus implacable, sans pour autant complètement perdre son innocence et son empathie premières, que ce soit au contact de civiles Allemandes ou de SS-Männer. La mort d’une jeune fille, ennemie mais néanmoins jeune fille, avec laquelle il avait tissé un embryon de relation et de tendresse, va le faire basculer de manière décisive. Il va désormais ne faire qu’un avec cette équipe qui va l’accepter et envers laquelle il va montrer sa valeur.

Un combat à 5 contre un avec un char Tigre, parmi les meilleurs à ce moment-là, va marquer son baptême du feu (il eut plusieurs premières fois ce jour-là). Après ce combat épique allait s’en engager un autre entre leur char immobilisé et un bataillon de Waffen-SS Männer. Combat à la Thermopyles qui allait voir la fin de chacun des membres de l’équipe, à l’exception du bleusaille qui allait montrer de quoi il allait être capable, rayon sacrifice et dévouement. Sorti vivant de cette épreuve qui allait le marquer à jamais, quelques jours avant la fin de la guerre.

Le film est bon. Il n’évite pas complètement la caricature envers les Allemands, civils ou militaires, ce alors qu’un « Pont de Remagen » savait mieux les oublier. Cependant, dans l’ensemble, le film n’est pas trop manichéen. Quelques sentiments un peu guimauve, mais beaucoup moins que dans d’autres productions bien moins réalistes en la matière. Des acteurs qui jouent juste, ce qu’il faut, côté Américain comme Allemand, et pas seulement Brad PITT qui, très bon, ne remplit pas tout l’écran et laisse de la place aux autres, ce qui est très bien.
Les scènes de combat, à savoir ce qu’on attend en général de ces films, sont ici quasi irréprochables, en dehors du fait qu’un Sherman tirant tout en roulant n’est pas précisément courant. Mais pour le reste, question uniformes, équipements, matériels en tout genre, rien à redire. L’image est superbe, il faut dire qu’avec Roman Vasyanov qui n’est pas, lui, un bleusaille, elle pouvait bien se fendre de l’être. Une musique au début, étonnante mais en fin de compte bien choisi accompagne bien l’action. Ce film n’est pas à priori un film d’action à tout casser, mais, comme bien d’autres, relate l’aspect plus humain et dramatique de la guerre, côté civils comme côté soldats. Pas un film de gros costauds mais plus authentique.

Un film qui du point de vue historique comme humain est certainement bien moins pompeux et bien plus authentique que d’autres plus célèbres, et qui, rayon qualité, n’ont rien à leur envier. Un film dur cependant, hyperréaliste sur certains aspects qui le rend parfois insoutenable. Mais n’entrave en rien sa qualité.



 
03/04/2015      partager tweet
Avis Cinéma
vanohe

[Cinévore]

Suivi par 136 membres
1 amis 720 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 03/04/2015 Avis : note
L'atmosphère qui est retranscrit dans le char est très pesante, la proximité entre les personnages, la peur, la haine, les tensions,la violence, et les atrocités de la guerre, avec ses actes de bravoures stupides, de détresses, de folie. On peut saluer ou remarquer les choix de Brad PITT qui crée sa carrière de manière très hétéroclite. Le film se veut sombre, tendu, violent; pas évident de revisité un genre pas franchement à la mode, où tout à déjà été montré, et surprendre reste difficile. Le film reste assez prenant et malgré quelques faiblesses, il sait se démarquer parmi ce genre très difficile. A ne pas mettre entre toutes les mains...
 
14/02/2016      partager tweet
Avis Cinéma
Vance

[Cinéfan]

Suivi par 129 membres
3 amis 107 avis 



suivre
note a vu en blu-ray le 14/02/2016 Avis : note
La guerre sans fard, implacable, cruelle et laide. C'est dans les moments de fragile sérénité après une bataille ardue que ce film nerveux et intense trouve sa richesse et dans la relation particulière qu'entretient ce chef de char avec son équipage. Peu de surprises, notamment dans les réactions candides du nouveau venu qui va apprendre à tuer de l'Allemand sans poser de question, mais une certaine sincérité et quelques scènes particulièrement éprouvantes.
 
23/08/2016      partager tweet

philmurph

[Accro au ciné]

Suivi par 853 membres
2 amis 219 avis 



suivre
note a vu le film au cinéma le 23/08/2016 Avis : note
Un film dans la lignée de Soldat Ryan, qui montre la dureté de la guerre avec des images souvent violentes. Réaliste aussi dans le sens où ils montrent les soldats non pas tous comme des héros mais comme des hommes qui veulent survivre et qui ont leurs défauts comme ils ont des qualités. Cela montre également la solidarité d’une petite équipe unie dans un tank. Fil conducteur souvent vu dans des films de guerre, le jeune qui arrive a du mal à être intégré dans l’équipe, puis est accepté suite à une de ses actions, tout ça sous l’oeil du chef qui, sous des dehors bourrus, essaye de l’aider sans le montrer. On ne peut nier le jeu de Brad PITT qui est très bon. Cependant, son personnage insensible qui n’hésite pas à exécuter un prisonnier pour endurcir la jeune recrue et qui , retord à l’autorité n’accepte pas que l’on contredise ses ordres à lui, semble un peu exagéré tant il parait être un surhomme. La scène de combat entre les chars où les sherman américains disparaissent un après l’autre, à l’exception du « Fury », a certes des qualités au niveau esthétique ou de l’action mais l’aspect exceptionnel des tankistes avec son chef que rien ne trouble et la longue course et manœuvres avec tentatives pour se retrouver derrière le char ennemi( son point faible) en font perdre un peu de réalisme. Rien à redire au niveau des uniformes et équipements qui sont excellents. Le réalisateur, sans doute pour montrer indirectement l’ancienneté du sergent incarné par Brad PITT qui a combattu dès le début de la guerre, l’a vêtu d’un blouson de tankiste du premier modèle qui n’était plus en dotation au moment des faits en 1945. L’on peut comprendre que le sergent, ancien , porte le même blouson depuis le début du conflit et que ça le relie à tout ce qu’il a vécu depuis. Petite anecdote : une société spécialisée dans la reproduction de tenues destinées aux groupes historiques, a recréé le même blouson au moment de la sortie du film. Cet accessoire était vendu à un prix valant environ huit fois celui du blouson classique porté par les hommes de Brad PITT.
Quelques petites incohérences… On comprend le fanatisme du sergent qui ne veut pas abandonner son char immobilisé en forçant son équipe à rester avec lui. Cependant, ce char immobile en plein carrefour qui tient aussi longtemps face à un ennemi supérieur en nombre parait un peu surréaliste. Et ce d’autant plus que, lors du mouvement des colonnes de soldats allemands en déplacement, on en voit plusieurs qui portent de façon bien visible un Panzer faust, arme anti-char terrible. Confronté au char « Fury », ils l’attaquent par vagues de fantassins armés de fusils et mitraillettes au début, alors que la réalité aurait voulu qu’ils le détruisent directement par une roquette bien placée d’une arme anti-char qui était portée par un des nombreux soldats. Autre incohérence quand, finalement, ils décident d’utiliser le panzerfaust : on voit que l’on amène une caisse contenant cette arme et qu’ils l’ouvrent sur place ; pourquoi ne pas avoir utilisé une arme qui était déjà prête ?
Parait aussi peu réaliste la scène où le sergent a le temps de sortir du tank, d’aller prendre les munitions à l’extérieur puis de rentrer en fermant l’écoutille juste au moment où des balles arrivent.
Alors que les grenades allemandes lancées contre le tank explosent quasi instantanément, il y en a deux qui semblent être d’un modèle spécial ; ce sont celles qui sont lancées à l’intérieur du char. Le sergent blessé à le temps de les voir, de prévenir le petit nouveau en lui rappelant qu’il peut sortir par la trappe de secours. Le soldat a le temps d’acquiescer et de lui jeter un dernier regard avant de s’extraire du véhicule et ce n’est qu’au moment où il atteint le sol que les engins éclatent. Grenades effectivement un peu spéciales et ce, d’autant plus si on les compare aux autres qui, en explosant, faisaient d’énormes dégâts. Lorsque le soldat entre à nouveau dans le tank après les explosions, le corps de son compagnon est resté assis dans la même position que celle où il était auparavant alors que, logiquement, il aurait au moins du tomber ou que des impacts auraient du être visibles.
La longue scène de bataille finale tient en haleine et le réalisateur parvient à faire ressortir une sorte d’oppression en nous montrant les hommes confinés dans cet espace blindé en luttant pour sauver leurs vies.
Un film qui se laisse regarder avec plaisir.
 
31/05/2017      partager tweet
Avis Cinéma
FREDCLOCLO

[GuruCiné]

Suivi par 852 membres
23 amis 1141 avis 



suivre
note a vu à la télé le 31/05/2017 Avis : note
Superbe film de guerre, comme je les aime ! De plus, je trouve qu'il n'y a pas eu légion de films traitant d'aussi près la conduite et le commandement de chars. Sans doute, suis-je influencer ? Car, j'ai été moi-même, mais heureusement pas en temps de guerre, sous-officier char mais pour l'armée belge, lors de mon service militaire.
 
01/10/2017      partager tweet
Avis Cinéma
jamesbond

[Maitre Ciné]

Suivi par 843 membres
24 amis 2784 avis 

blog 


suivre
note a vu le film en VOD le 01/10/2017 Avis : note
Certes, ce n'est pas un chef-d'oeuvre du film de guerre,ni le meilleur sur les chars, mais Fury est moins imposant que beaucoup de films américains du même genre,même si celui-ci me parait être un film de propagande à la gloire américaine. Pourtant Fury est bon film de guerre,plutôt de batailles comme on en fait plus depuis des lustres. Un reproche à donner au réalisateur s'est son manque parfois de réalisme,voire quelques passages gnangnan comme ceux des deux sœurs allemandes que j'ai trouvé classicisme vu et revu ailleurs dans d'autres film de guerre.
Sinon,Fury est un bon film de guerre de bonne facture, même si la fin me parait peu réaliste avec un char complétement fichu englouti par la boue, 5 tankistes américain décident de rester au milieu d'un carrefour avec leur tank Fury lequel les a lâchés; un sacrifice émotionnel comme Hollywood sait le faire,rappelant celui de Alamo contre toute une compagnie de soldats allemands aguerris,les Waffen SS. Mais ne boudons pas ce film de guerre, tout de même bien interprété par un excellent casting. Brad PITT plus humain que dans celui de Inglourious Basterds (2009), même si parfois l'acteur dérape dans quelques scènes, on ne peu pas lui en vouloir d'être pro-américain, il fait le job que l'on lui demande; Shia Laboeuf et Logan Lerman sont les deux acteurs les plus surprenant,sachant que l'un comme l'autre viennent de Blockbuster,l'un pour Transformers (2007),tandis que l'autre pour Percy Jackson, le voleur de foudre (2009), les voir changer de registre font beaucoup de bien, mais celui qui reste mon favoris est John Bernthal, un acteur qui commence à faire sa place au soleil grâce à son rôle du nouveau Punisher(Marvel s Daredevil (2014)), cette fois-ci le meilleur racheté par Netflix à Marvel, quant à Michael Pena son rôle de pilote de char est assez anecdotique.

David Ayer a peut-être réalisé son meilleur, bien que son film soit parfois légèrement bancal,mais celui-ci reste très correcte,surtout pour la magnifique photographie.
 
11/02/2019      partager tweet
Avis Cinéma
Texas Bronco

[Maitre Ciné]

Suivi par 797 membres
8 amis 1850 avis 



suivre
note a vu le DVD le 11/02/2019 Avis : note
Je ne pense pas avoir vu à ce jour un film de guerre donnant autant d'importance aux chars et à leurs équipages. Je n'aurais pas imaginé, non plus, être pris par l'histoire tant le char est lent et offre une cible facile à l'ennemi. Plus de deux heures et je ne les ai pas vues passer, seul un épisode de repos, certes s'intégrant dans l'histoire, ma semblé un peu long et a ralenti le rythme.
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma