Kings
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
3
Québec
Donnez votre TOP 2018

Mon cinéma
2
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
1
Créer mon compte / Me connecter   
Kings

Kings

 

Réalisé par
en 2017

Donnez votre note
Film, images, jaquettes Avis & critiques Acheter tweet

  • <<
  • 1
  • >>

14/04/2018      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 148 membres
14 amis 2035 avis 



a vu le film au cinéma le 14/04/2018 Avis :

Le film a été présenté en avant-première - Galas Présentations au Festival international du film de Toronto 2017. On reconnait la réalisatrice française d’origine turque Deniz Gamze Ergüven car son film « Mustang » a créé la surprise et a été largement récompensé.
Nous sommes en 1991 dans un quartier populaire de Los Angeles, South Central une jeune fille de 15 ans, Lataha Harlins entre dans une supérette, elle repère une bouteille de jus d’orange et elle la met dans sa poche arrière, avait-elle l’intention de la voler, on ne saurait le dire, l’épicière d’origine coréenne l’a aperçu et elle perd son calme alors Latiha lui dit qu’elle avait l’intention de la payer, comme la femme devient hystérique, Latiha la gifle et alors l’épicière prend un pistolet et tire à bout portant et tue la jeune fille, l’enquête va démontrer que la jeune fille avait l’intention de payer, elle avait 2 $ dans la main gauche. Au procès la gérante va écoper de 5 ans avec sursis. Le temps passe et l’afro américain Rodney King est passé à tabac par des policiers de Los Angeles, un vidéaste amateur filme la scène de cette arrestation. En 1992 le procès des policiers bat son plein, quelque part dans le quartier populaire vit Millie qui élève les enfants de tout le monde, des enfants dont les parents sont absents ou en prison et qui sont désormais les siens, Millie vit de petites combines, en grande partie elle fait des gâteaux qu’elle revend. Le plus grand, Jesse lui donne un coup de main, ce dernier s’est même entiché d’une jeune fille, Nicole qui squatte à gauche et à droite et qui a un caractère bien trempé. Le voisin Ollie est un râleur de première et ne perd pas l’occasion de montrer sa mauvaise humeur. Entre temps le procès des policiers de déroule et les esprits s’échauffent ...
Le film nous parle des émeutes de 1992 dans le quartier populaire de South Central à Los Angeles et bien entendu des deux éléments déclencheurs de cette tension latente et surtout du procès qui s’en est suivi ou les personnes ont été acquittées. Il faut dire que les avocats des policiers n’ont pas hésité à vouloir prouver les éléments les plus invraisemblable du genre le malheureux King frappait violemment les malheureuses matraques des policiers en leur donnant des coups de tête. Il y a une atmosphère dans le quartier qui est presque terrifiante et les policiers sont très agressifs avec des procès d’intention et des arrestations arbitraires. Le voisin de Millie qu’on pensait mauvais coucheur est tout compte fait un brave type et le film est conduit par ces deux têtes d’affiche Halle Berry et Daniel Craig dans un rôle assez nouveau pour lui. Un très bon film constellé d’images d’archive qui fait bien sentir la tension qui a précédée ses émeutes et qui met en valeur l’action d’une femme remarquable. Un film qui n’a pas eu de publicité tapageuse et aucun film annonce projeté et qui mérite pourtant le détour.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
16/04/2018      tweet

carre 63

[Cinévore]

Suivi par 338 membres
268 avis 

 


a vu le film au cinéma le 16/04/2018 Avis :

Après le remarqué "Mustang", Deniz Gamze ERGÜVEN était attendue avec sa deuxième réalisation tournée aux USA. Le thème des émeutes de 1993 à L.A. attisait ma curiosité. Pourtant, le film est bien loin de convaincre. La réalisatrice semble se perdre à suivre ses personnages sans vraiment s'y attachée. Halle BERRY en mère dépassée et hystérique et Daniel CRAIG en voisin gueulard (mais pas que !) ont du mal à nous faire croire à leur personnage (mais il faut bien des têtes d'affiches). ERGÜVEN semble perdue avec son scénario et mêle images d'archives, scènes d'émeutes ou scènes à la limite du ridicule (le rêve érotique notamment) qui laisse le spectateur dubitatif. Bien dommage car les jeunes Lamar JOHNSON et Rachel HILSON eux sont convaincants. Déception !
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2018 Liens cinéma   Google+