The Lobster
 
Films Cinéma et TV sur notreCinema
1
Québec
la communauté des amoureux de cinéma

Mon cinéma
6
Agenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membre
5
Vod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
The Lobster

The Lobster

 

Réalisé par
en 2014

Donnez votre note
Film, images, jaquettes News Récompenses (22) Avis & critiques tweet

  • <<
  • 1
  • >>

01/11/2015      tweet
Avis Cinéma
solaje

[GuruCiné]

Suivi par 144 membres
15 amis 1855 avis 



a vu le film au cinéma le 01/11/2015 Avis :

Ce film a obtenu le Prix du Jury et le Queer Palm – mention spéciale au festival de Cannes 2015 et il a été cité 6 fois pour d’autres récompenses. C’est le premier film en langue anglaise et tourné en Irlande du réalisateur grec Yrgos Lenthimos.
Au début du film on voit une femme en voiture, elle arrive prés d’un champ où des ânes sont en train de paître, avec son fusil elle abat un des ânes et s’en va. Ceci pour nous mettre dans l’ambiance. En fait on est dans un futur proche où tout individu célibataire est arrêté et transféré dans un hôtel où il doit trouver l’âme sœur, il y a un délai de 45 jours pour le faire et ce délai est modulable après une série d’épreuves. Bien entendu des couples se forment et la vie devient plus facile pour eux. Au delà du délai imparti la personne qui reste célibataire est transformé en animal de son choix, bien entendu il n’y a pas d’à priori sur l’homosexualité du moment que les couples se forment. David arrive à l’hôtel et va occuper la chambre 101, il est avec son chien, mais si ce dernier est toléré il doit par contre rester dans la chambre. Dès le premier petit déjeuner il va se faire deux amis, l’homme qui boite et l’homme qui zozote, le programme de cet hôtel chargé de former des couples est assez contraignant et drastique et toutes incartades sont sévèrement punies. C’est une prison dorée, mais ça reste une prison ...
Comme chacun doit choisir d’avance l’animal de son choix en vue d’une éventuelle transformation, David a choisi d’être un homard pour sa longévité, d’où le titre du film « The lobster ». Beaucoup d’auteurs imaginent un type de société future avec des lois assez contraignantes voire même iniques un peu comme si toutes les nouveautés apportées par l’évolution technologique avaient un pendant dans le domaine social. Ce film n’est pas si simple que cela à appréhender, car les personnages sont censés vivre dans ce monde qui nous paraît absurde et nous, nous jugeons chaque gestes et réactions avec nos propres sentiments. C’est un peu du surréalisme à la façon de Luis Buñuel et il faut trouver des images, des raisons, des gestes et des explications au delà du scénario qui nous est proposé. Même cette société parallèle et subversive qui essaie de résister est nettement plus drastique que la précédente et les incartades plus sévèrement punies. Pour nous déstabiliser un peu dans cette forêt qui abritent les résistants on va trouver les animaux les plus hétéroclites qui soient comme un paon, un flamand rose et un chameau, qui sont certainement des dissidents qui ont été métamorphosés. Un coup de chapeau à Colin Farrell qui a pris 20 Kg pour avoir le profil voulu pour le rôle, on ne peut que lui souhaiter un bon régime pour reperdre du poids. Une excellente distribution pour des rôles qui ne devait pas être si simple que cela à tenir, surtout que dans le lot il y a une française Léa SEYDOUX qui se confirme dans le cinéma anglo-saxon. Le film certes surprend, par contre on le suit très bien et presque on en redemande. De temps en temps ça fait même plaisir de voir un film qui sort de l’ordinaire et qui nous interpelle, on va même dire que c’est tant mieux.

vu au Gaumont wilson Toulouse
 
  • <<
  • 1
  • >>





Mentions légales© 2000-2017 Liens cinéma   Google+