Films Cinéma et TV sur notreCinemaQuébec
L'encyclopédie du cinéma

Mon cinémaAgenda des sorties au cinémaActualités des films et acteursVidéos et Bande annonces de filmsFilms classiquesBio et Filmo des starsHome cinéma : blu-ray et DVDWallpapersSéries et TvJaquettesVotre espace membreVod et streamingConcours et jeux
Créer mon compte / Me connecter   
search

Lexique du cinéma (T - Z)

par FREDCLOCLO

(*) L'astérisque signifie que la définition du mot est sur la même page.
Un mot en bleu est un lien hypertexte vers une autre page et donc pas vers un autre mot !

T

TABLE DE MONTAGE

Appareil utilisé par le chef monteur pour monter un film. La table de montage comporte trois parties, à savoir : le mécanisme qui permet le déroulement des bandes images et son (on doit pouvoir utiliser plusieurs bandes son); le dépoli qui permet de voir l'image; la tête sonore qui est amplifiée et transférée par un haut-parleur. Sur les tables de montage professionnelles, on peut faire des marches arrière, des ralentis, des accélérés, des images par images. L'image et le son sont toujours synchrones.

TAX SHELTER 

Le Tax Shelter est un incitant fiscal belge dont le but est d’attirer des capitaux privés dans l’industrie cinématographique du pays. Un investissement Tax Shelter est une solution efficace pour toute entreprise belge qui souhaite diminuer sa charge fiscale et optimiser la gestion de sa trésorerie. Depuis 2004, son impact positif sur l’industrie du cinéma belge est sans cesse renforcé avec, à la clé, une croissance spectaculaire du nombre de projets artistiques, de récompenses et d’emplois. Le nombre de films belges produits entre 2003 et 2010 a été multiplié par 2,5. Quant au nombre de récompenses reçues par des films belges, il a, lui, crû de   49 % entre 2004 et 2011. Après quelques modification en 2013, une réforme votée en 2014 et entrée en vigueur en 2015 modifie profondément le système: le tax shelter devient un produit à rendement fixe. Afin d'empêcher les dérives, les investisseurs ne peuvent plus acquérir les droits du film et des mesures de contrôle sont créées pour augmenter les investissement pertinents dans le cinéma, Une des conditions de l'obtention de l'avantage fiscal étant un certain niveau de dépenses devant être faites en Belgique, il a été déterminé que le tax shelter, par son effet positif sur le secteur, génère des recettes nouvelles pour l'état, recettes qui sont supérieures au coût de l'avantage tax shelter

TECHNICOLOR

Procédé de film en couleurs trichrome d'origine américaine mis au point par Herbert Kalmus. Le procédé consistait à enregistrer trois négatifs aux couleurs fondamentales. Le Technicolor reposait sur un principe proche de l'impression polychrome. A l'origine, on devait faire défiler trois films dans une caméra spéciale. L'invention du procédé monopack permit l'utilisation d'une caméra où défilait un seul film.

TECHNIRAMA

Procédé de prise de vues comparable à la Vistavision*. Le film en 35 mm se déroulait horizontalement. L'image négative était établie dans le rapport 1,5. On tirait des copies soit en 70 mm (Super-Technirama) soit en 35 scope (Technirama).

TELECINEMA

Le télécinéma est un procédé permettant de diffuser des films cinématographiques à la télévision. Il s'agit du couplage d'un projecteur optique et d'une caméra électronique.

TELEOBJECTIF

Se dit d'un objectif à longue focale (de 100 à 1 000 mm) permettant de filmer de loin lorsque, pour diverses raisons, le cameraman ne peut s'approcher des objets ou personnages. Le zoom* peut être utilisé comme téléobjectif (voir aussi FOCALE).

THRILLER

Terme forgé à partir du verbe anglais "to thrill" (frissoner). Le "thriller" repose sur le suspense et les rebondissements continuels de l'action. Il se nourrit de scènes mouvementées. Le thriller se confond généralement avec le film policier ou le film d'espionnage, plus rarement avec le film fantastique ou de science-fiction.

TIRAGE PAR CONTACT (voir CONTACT)

TIRAGE OPTIQUE (voir OPTIQUE)

TOURELLE

Elément placé à l'avant de la caméra et que l'on peut faire pivoter pour changer l'objectif. Les tourelles peuvent avoir deux deux ou trois objectifs. Elles sont surtout utilisées pour le reportage. Elles sont peu à peu supplantées par les zooms*.

TOURNAGE

Le tournage est l'opération qui consiste à réaliser les prises de vues d'un film. Le mot désigne aussi, par extension, le lieu ou se déroule cette opération (on dira : "aller sur le tournage"). Les autorisations de tournage sont, en France, délivrées par le C.N.C. après étude du dossier et des financements proposés par le producteur.

TRAITEMENT

A partir d'un synposis, un scénariste rédige un traitement, soit une cinquantaine de pages, décrivant les ressorts essentiels de l'intrigue et les scènes principales.

TRANSPARENCE

(En anglais : back projection). Système qui consiste à filmer en studio l'image projetée sur écran d'un autre film, et devant laquelle évoluent les personnages. La transparence est utilisée pou des scènes se déroulant en train, en voiture ou des scènes nécessitant un décor imposant (chutes d'eau par exemple). Le synchronisme entre la caméra et le projecteur doit être total. Il faut veiller aussi à ce que les acteurs ne fassent pas d'ombre sur la transparence et que les perspectives soient respectées.

TRAVELLING

Le travelling est un mouvement par lequel la caméra se déplace dans le décor en avant, en arrière, obliquement, latéralement, en faisant des cercles ou des portions de cercles. Le travelling peut être réalisé : 1) en utilisant un charriot posé sur des rails et poussé par le chef machiniste. C'est une opération délicate qui suppose une grande coordination de mouvements entre le machiniste, le caméraman et les acteurs ; 2) à la main : les travellings ne peuvent être fait ainsi qu'avec une grande habitude, et ils ne peuvent être très longs. Le steady-cam, permet des travellings à la main sans secousses et beaucoup plus longs ; en voiture : une 2CV ou une Méhari conviennent parfaitement. La caméra doit être fixée sur le véhicule, il faut enlever les portes et les pares-brises. Il faut aussi éviter de ralentir et d'accélérer trop vite. On utilise aussi parfois la voiture-travelling, plate-forme sur laquelle peuvent monter le cadreur, le metteur en scène, la scripte, l'ingénieur du son, un assistant caméra. C'est bien sûr l'idéal pour faire des travellings en voiture. On peut enfin utiliser des voitures d'enfants, ascenseurs, wagons d'usine, etc.

TRAVELLING OPTIQUE

Un travelling optique est un travelling* réalisé à l'aide d'un zoom*, donc sans déplacement de la caméra. On l'utilise lorsque le sol ne permet pas de placer des rails, lorsque l'on désire faire un travelling vers le haut ou vers le bas, lorsque le mouvement doit être très rapide. Il est possible d'associer un travelling sur rails avec un travelling obtenu au zoom.

TRUCA

Appareil destiné à faire tous les trucages* mécaniques et optiques. La truca est constituée de trois éléments : a) une machine à tirer fixe; b) un chariot avec objectifs; c) une machine à tirer mobile. On peut utiliser la truca à la fois comme caméra et appareil de projection. Toutes sortes de trucages sont possibles avec cette appareil : surimpression, fondus, effets de zoom*, volets*, grossissement d'une partie d'un plan, etc.

TRUCAGES

Effets réalisés soit à la prise de vues, soit au laboratoire, et destinés à obtenir une illusion pour renforcer l'intensité dramatique. En plus des trucages optiques et mécaniques (voir aussi EFFETS SPECIAUX), il existe plusieurs trucages très élaborés dont les plus importants sont : a) le dunning, remplacé aujourd'hui par la transparence (c'était un un système jouant sur l'utilisation, sur la même pellicule, de deux prises de vues, l'une avec un positif, l'autre avec un négatif); b) la transparence*; c) le transflex : système permettant l'utilisation d'un projecteur, d'une caméra et d'une glace sans tain (la caméra filme à travers la glace sans tain le film ou les diapositives projetées et les personnages); d) le travelling-matte : système permettant l'utilisation de caches contre-caches mobiles; e) le procédé Schufftan : on place une maquette entre le décor et la caméra; f) le simplifilm : il s'agit de filmer en même temps une photo découpée et une scène réelle.

U

UCHRONIE (L')

Au cinéma, l’uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l'Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Exemples de films (et téléfilms) explorant le thème de l'uchronie : Philadelphia Experiment II - Le Crépuscule Des Aigles - Jin-Roh, la Brigade des Loups - Jean-Philippe

ULTRACINEMA

L'ultracinéma est un sytème de prises de vues permettant de réaliser de très grands accélérés et de très grands ralentis. Il est surtout utilisé dans le cinéma scientifique. pour les ralentis, des appareils pouvant aller jusqu'à 60 000 et 100 000 images seconde ont été mis au point (le stroborama, par exemple).

V

VAMP

Cette abréviation, d'origine américaine, du mot "vampire", est apparue dès les débuts du cinéma. La "vamp" est une femme fatale. Si son physique a évolué au cours de l'histoire du cinéma, son rôle et sa fonction n'ont pas changé. La "vamp" manifeste une sensualité constante, jusqu'à la provocation, et cause, plus ou moins directement, le malheur des êtres qui s'éprennent d'elle, et son propre malheur parfois.

VEDETTE

Le terme désigne un acteur ou une actrice occupant un rôle primordial dans l'action, ou dans la production d'un film. Alors que la qualité de star se rapporte à la personne, la vedette demeure attachée au film lui-même.

VERSION DOUBLEE

D'un film étranger projeté dans une autre langue originale, on dit qu'il est présenté en version doublée (voir DOUBLAGE).

VERSION ORIGINALE

En abrégé, v.o. D'un film étranger projeté dans sa langue d'origine, on dit qu'il est présenté en version original. Il est alors accompagné, pour l'exploitation commerciale, de sous-titres.

VIRTUEL

On utilise souvent cet adjectif pour désigner ce qui se passe dans un ordinateur ou sur Internet, c'est-à-dire dans un « monde numérique » par opposition au « monde physique ». Les mots « studio virtuel » et « décor 3d virtuel » sont apparus dans notre vocabulaire au cours des dix dernières années. Ces deux concepts renvoient à la même idée; à savoir la production de films ou d’émissions de télévision au moyen de décors « informatiques » plutôt qu’avec des techniques traditionnelles.

Les acteurs ou les présentateurs sont placés devant un fond vert ou bleu qui est lui-même remplacé par un décor virtuel. Lorsqu’il qu’il est connecté à un système de caméras ou à des têtes robotisées, un studio virtuel est presque comme un studio réel à la différence que le changement de décors prend seulement quelques minutes et plus quelques jours. Comparé aux techniques traditionnelles, utiliser un studio virtuel est un bond en avant majeur dans la rapidité de production d’une émission et dans l’optimisation de l’équipement. Les contraintes de mise à l’antenne sont également prises en compte puisque que les techniques virtuelles facilitent les prises de décisions et les ajustements de dernière minute.

VISA DE CENSURE OU D'EXPLOITATION

Après avoir été immatriculé au registre de la cinématographie, un film, pour être exploité, doit recevoir un visa, délivré par la commission de contrôle, autorisant sa présentation sur tout le territoire français. La date du visa et son numéro sont obligatoirement projetés sur l'écran après le titre du film.

VISEE

C'est sur la caméra, le système permettant le cadrage du sujet : l'image apparue dans le viseur doit être la même que celle qui va apparaître sur la pellicule. Le viseur est donc le dispositif optique permettant de découvrir le champ. Il faut à la fois faire coïncider le champ de ce dispositif avec celui de l'objectif.

VISEUR

Petit appareil utilisé par le caméraman et le réalisateur pour déterminer le cadrage désiré suivant le format de la pellicule et décider ainsi de la place de la caméra. On l'utilise à la fois pendant les repérages et le tournage*. Il permet instantanément de voir le champ. Il sert à la fois au 16, 35 et 70 mm, cela aussi bien pour les formats standard que pour les panoramiques et Cinémascope. Il ne faut pas le confondre avec le viseur qui, sur la caméra, règle la visée.

VISTAVISION

La Vistavision est un sytème de projection consistant à faire défiler la pellicule horizontalement et non plus verticalement. Ce système mis au point par la Paramount dans les années 50, donnait un format de 1,85 x 1. L'image sur le film était beaucoup plus grande que la normale. Peu de films furent réalisés en Vistavision : l'équipement des cabines de projection à défilement horizontale coûtait trop cher. La Vistavision fut pendant une certaine période remplacé par le Technirama*. Les films réalisés en Vistavision sont aujourd'hui tirés en copies 35 standard.

VITESSE

La vitesse de déroulement de la pellicule dans les caméras est aujourd'hui de 24 images seconde. C'est la norme internationale. Il arrive parfois qu'on doive utiliser des caméras tournant à 25 images seconde lorsque le matériel d'éclairage est composé de lampes HMI dont l'effet stoboscopique risque de produire un scintillement de l'image. Ce défaut peut être éliminé en alimentant les projecteurs avec du courant triphasé. Les films muets tournés à 16 images seconde ne sont généralement pas projetés à la bonne vitesse, mais à 24 images, ce qui donne un effet d'accéléré. Il suffirait cependant, pour projeter ces films correctement, de doubler une image sur deux, de faire donc trois images à partir de deux (rapport de 16 à 24).

VOD (Video On Demand)

Cet acronyme signifie Video on Demand, soit vidéo à la demande en français. C’est le service qui aujourd’hui remplace le vidéo club « physique ». Plus besoin de se déplacer pour louer un film, dessin animé, documentaire… Je peux faire ça directement de chez moi, via mon ordinateur (en Streaming) ou ma télévision, en toute légalité et à n’importe quel moment. Il suffit de relier l’appareil à Internet et de débourser quelques euros pour voir le film de son choix via un site Internet spécialisé ou un service dédié.

VOLETS

On appelle volet un effet optique consistant à remplacer une image par une autre, celle-ci chassant la première latéralement. Les volets sont réalisés avec la truca*. Le volet est par ailleurs un petit accessoire en métal qui se place sur un projecteur pour renforcer le parasoleil et pour diriger la lumière.

W

WESTERN

Le western évoque une ou plusieurs actions historiques ou imaginaires ayant pour cadre l'ouest américain. Voué par principe à l'action violente, le western renferme toujours un sens moral. Il a popularisé deux personnages : le cow-boy et l'indien. Bien que le western soit lié à l'histoire et à la géographie américaine, on a tourné et on tourne encore des westerns dans certains pays ayant une industrie cinématographique. L'Italie, en particulier, a produit des westerns baptisés ironiquement "western spaghetti".

X

X (FILM)

Empruntée aux Etats-Unis, l'attribution à un film du certificat X interdit aux mineurs l'entrée de la salle où il est projeté et impose au distributeur une T.V.A. de 33%. Le certificat X, alloué uniformément par la Commission de contrôle à tous les films pornographiques, a été aussi attribué à des films jugés très violents.

Z

Z (SERIE)

Ce terme, cinéphilique plutôt qu'économique, s'applique à des films à très petits budgets, exploitant les genres populaires, et à un type de réalisation où la pauvreté est aussi sensible dans les idées que dans le style. Des acteurs, metteurs en scène, des producteurs et des maisons de production, ont oeuvré uniquement dans la série Z (voir POVERTY ROW).

ZOOM

Un zoom est un objectif dont la focale peut varier à volonté pendant la prise de vues. Le zoom est surtout utilisé en 16 mm. On peut, avec le zoom, passer d'un plan général à un gros plan, et réciproquement, à la vitesse que l'on désire. Le zoom est cependant différent du travelling* avant ou arrière dans la mesure où, avec le travelling, la perspective ne change pas. Les zooms sont manœuvrés soit à l'aide d'une manivelle, soit à l'aide d'un levier. Pour les zooms de grande amplitude, on utilise des commandes électriques et gyroscopiques.

Pages
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

Ce dossier est constitué actuellement de 8 pages classées par ordre alphabétique.

Voir également le dossier : LES METIERS DU CINEMA

L'EQUIPE DE PRODUCTION L'EQUIPE DE TOURNAGE L'EQUIPE ARTISTIQUE L'EQUIPE DE MONTAGE AUTRES METIERS.

Ces pages sont bien entendu non-exhaustives, vu l'évolution galopante du 7ème Art depuis sa création. Aussi, j'encourage vivement les lecteurs de ces dossiers à se manifester (via le forum "LEXIQUE ET METIERS DU CINEMA), afin de les compléter.






Mentions légales© 2000-2019 Liens cinéma

Star Wars: L'Ascension de Skywalker Star Wars: The Rise of Skywalker
Star Wars: L'Ascension de Skywalker
Nicky Larson et le parfum de Cupidon Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Nicky Larson et le parfum de Cupidon
John Wick 3: Parabellum John Wick 3: Parabellum
John Wick 3: Parabellum
Men in Black International Men in Black International
Men in Black International